REGROUPEMENTS PENDANT LES VACANCES SCOLAIRES

REGROUPEMENTS PENDANT LES VACANCES SCOLAIRES

Dégradation de l’accueil des enfants et des conditions de travail des agents

 

Où est la priorité ? Qu’est-ce qui prime dans l’organisation des Centres de loisirs pendant les vacances scolaires ? La qualité de l’accueil des enfants ? Les économies ? Les politiques des Caisses des Ecoles ? Les travaux ? Ajoutez les nouvelles contraintes liées à l’inscription obligatoire… Et on vous laisse répondre ! Depuis plusieurs années, et singulièrement depuis la mise en place de l’ARE en 2013, l’extra-scolaire est devenu le parent pauvre de l’animation. Il est passé clairement au ènième rang des préoccupations de notre administration. Pire : nous assistons à une dégradation progressive du service. Les regroupements non nécessaires de Centres durant les vacances continuent, en proportions différentes selon les Circonscriptions. On continue ici et là à regrouper trois ou quatre Centres sur une même école. La DASCO s’obstine à réclamer des déclarations DDCS uniques, même si la situation ne s’y prête pas, même si les REV et les équipes n’y sont pas favorables. Rappelons que la réglementation permet la coexistence de plusieurs Centres différents sur le même site, pour peu qu’il y ait des accueils distincts et des équipes distinctes. Il permet également, bien sûr, une déclaration unique, avec une équipe unique. C’est sur le terrain que l’on doit trouver la meilleure solution, la solution la plus adaptée.

 

L’UNSA ANIMATION réaffirme sa position au sujet des regroupements. Si l’on veut mettre un terme à la détérioration de l’accueil des enfants et des conditions de travail des personnels, il faut limiter les regroupements à des situations précises, à savoir travaux interdisant l’accueil des enfants dans l’école ou très petit nombre d’enfants prévus (moins d’une équipe).