Centres de ressources…Du passé faisons table rase !!!

Du passé faisons table rase !!!
 
 
La Direction des affaires Scolaires a présenté aux organisations syndicales des animateurs l’avenir des centres de ressources Centraux. Cet avenir est déjà très sombre pour nombre d’entre eux : La DASCO a décidé d’en maintenir trois : La Cinémathèque, Paris-Lecture et le centre ressource Handicap (en l’intégrant dans une mission « Éducation Inclusive »). Tous les autres vont s’effacer de nos horizons, leur mort est décidée et annoncée. R.I.P. C.R. Citoyenneté, R.I.P. CR sciences, R.I.P. CR Multimédia, R.I.P. CR Goût, R.I.P. CR Musique… Amen.
 
C’est un sacré nettoyage, la Dasco n’y a pas été avec le dos du balai. Une velléité révolutionnaire en chantant « du passé faisons table rase »… Ces centres de Ressources se sont créés sur la base de besoins répondants à des axes éducatifs qui ont émergé ces quinze dernières années en lien, bien souvent, avec des évènements sociaux ou des  évolutions techniques. Est-ce que ces besoins n’existent plus, ont disparus ? Peu probable. Aucun bilan sur l’opérationnalité des Centres de Ressource ne nous a été présenté.
Il a été décidé d’abandonner ces réponses qui relèvent du passé pour partir sur un autre futur. Les Animateurs qui géraient ou animaient ces Centres Ressources vont être soit affectés à une nouvelle structure dénommée « pôle des enjeux éducatifs contemporains » (on ne sourit pas…) ou alors pourront rejoindre les formateurs de la Maison des Métiers de la DASCO. Les vacataires seront expédiés gentiment dans les services  péri et extra-scolaires. À l’arrivée, on voit ce que l’on perd mais on perçoit difficilement ce que l’on gagne. Mais la modernité contemporaine a visiblement envahit les cerveaux de DASCO. Respect…
 
Il est donc annoncé très officiellement que «  l’objectif est de recentrer les missions des Centres Ressources sur l’accompagnement des projets qu’ils soient portés par les services centraux ou les Circonscriptions plutôt que sur le développement de thématiques « pointues » très spécifiques ». Ce pôle des enjeux éducatifs contemporains aura donc pour mission de répondre pragmatiquement aux besoins des services centraux ou des CASPE.
Il est précisé aussi que « s’agissant des activités en direction des enfants, la mise en place des TAP en 2013 a largement modifié le paysage des activités proposées offrant une grande variété de thématiques et d’intervenants ». C’est donc clair : Les Centres de Ressources n’ont pas vocation à accueillir des ateliers enfants puisque les T.A.P. sont là deux fois 1h30 par semaine. CQFD. Et durant les temps extra-scolaires ?
Les Centres de Ressources locaux eux pourront continuer à exister si les Circonscriptions le souhaitent. Ils ont cependant été dénoncés pour certains comme inadaptés, mal conçus, mal gérés, voire comme étant le fruit de « copinages » inavoués. Les CASPE devront-elles faire « valider » leurs projets par les services centraux avant de les pérenniser ou d’en créer ? Les « éducatifs contemporains » des services centraux pourront-ils répondre à la demande ? Et comment, avec quels moyens ?
 
Comme vous pouvez le ressentir l’UNSA-Animation reste fort « dubitative » face à ce qui nous a été présenté. Nous craignons qu’il s’agisse, là, d’une erreur stratégique. En faisant cela la DASCO affaiblit fortement son rôle d’impulsion sur des thèmes qui ont une persistance dans la démarche éducative pour une logique de réponse aux projets du terrain qui a, de par ses préoccupations quotidiennes, d’autres priorités à gérer. Nous sommes attachés à ce que le travail effectué depuis tant d’années par ces structures ne soit pas balayé d’un revers de main, sans aucunes garanties que le changement apporte une amélioration au dispositif existant.
 
 
 
Le 8 novembre 2018.