Législation générale
Réglementation Paris
Réforme catégorie B
Nouvelles défraîchies
+ Année 2018
+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
Le Webmester et vous
Restons en contact !

Pour nous joindre, une seule adresse :
unsaparis@orange.fr

Vos permanents :


Mr Dominique M'GUELLATI :
dominique.mguellati@paris.fr
           01 43 47 84 43
Mr Éric BELIAH :
           01 43 47 84 43
eric.beliah@paris.fr

10 avenue Ledru Rollin
            75012 PARIS

PP.jpg
T8_enquete
the_huitre.gifRESULTAT DE L’ENQUETE T8

  

Notre enquête réalisée auprès de nos collègues de la DU et de la DVD, susceptibles de rejoindre le T8 en 2014, a obtenu un franc succès, puisque près de la moitié des futurs utilisateurs a répondu à notre questionnaire, concernant essentiellement leur ressenti, face à ce déménagement, et surtout plus de 700 commentaires ont été produits, ils décrivent le profond malaise qu’occasionne auprès des agents leurs futur déplacement au T8.

 

Car, le verdict est sans appel : c’est un rejet massif dans les conditions actuelles proposées, de ce bâtiment.

 

L’immense majorité des consultés estime  que cette future implantation, constituera une régression nette et franche de leurs conditions de travail

 

Par ailleurs, outre les considérations esthétiques et fonctionnelles de cet immeuble dont nous allons reparler, il faut toujours avoir présent à l’esprit, qu’un certain nombre d’acquis disparaissent avec ce déménagement.

 

La première élimination a été la fermeture de la bibliothèque Morland, mal digéré par le personnel, s’ensuit maintenant : la suppression de l’infirmerie et du poste d’infirmière, des locaux syndicaux et d’une réduction de la taille de la cantine.

 

A cela s’ajoute bien évidemment les conditions matérielles désastreuses dans lesquelles seront logées les agents, dans le futur bâtiment, en recul par rapport à l’existant : aspect carcéral (avec les madriers), pas de possibilité d’ouverture des fenêtres, climatisation artificielle toute la journée, configuration des locaux en open-space, etc.…

 

LA COUPE EST DONC PLEINE

 

Nous vous livrons les résultats l’enquête ci-dessous avec un condensé de vos propres commentaires dans une seconde partie :

 

I - BILAN DU QUESTIONNAIRE EN TROIS THEMES :

 

A) Durée des temps de trajet :

 

La DILT a fait réaliser une enquête préliminaire, auprès d’un prestataire privé, concernant la durée de trajet domicile/travail des futurs utilisateurs du T8.

 Il en ressort de façon paradoxale, et d’une manière générale, un gain de temps en faveur des agents par rapport aux structures actuelles : Morland /42 rue du Louvre. (Temps moyen 45 minutes actuellement contre 42 minutes pour les locaux du T8 ?).

 

Or, suite à vos déclarations, 41,76 % d’entre vous affirment un rallongement  de la durée de leur trajet, contre 23,35 % qui annoncent des durées équivalentes ou moindres.

 

La moyenne générale de l’allongement du temps de transport compte tenu de vos domiciles est de 18,05 minutes. Cet accroissement ne sera pas sans conséquence, comme vous le faites à juste titre remarquer, sur vos vies familiales et sociales. .

Quant aux temps de trajet, concernant les réunions professionnelles, les pertes de temps sont jugées beaucoup plus flagrantes. Les sites actuels DU et DVD sont situés en plein centre de Paris, et l’accès vers l’Hôtel de Ville et la Préfecture, s’en trouve facilités.

 

Rien de tel, avec le T8 totalement excentré,  Ainsi, essentiellement les personnels techniques, estiment les déplacements professionnels hors réunion (visite de chantier…) à une majoration de 49 minutes par semaine. Les temps de trajet supplémentaires concernant les réunions hors site (Hôtel de Ville, Préfecture, DLH) sont évalués en moyenne à 38 minutes par semaine.

 :

B) Conditions de travail au T8 :

 

a)      les madriers :

Acceptables pour seulement, 2,47 % des agents  et 47,80 % qui déclarent détester ou ne pouvoir supporter cette vision carcérale toute la journée.

 

b)      les fenêtres non ouvrantes :

Indifférence pour seulement 4,12 % des agents ; plus de 50 % estiment qu’ils ne pourront travailler dans de bonnes conditions, dont 15 % affirment que cela nuira à leur santé..

 

c) l’open-space :

1,65 % des collègues y sont favorables, l’écrasante majorité déteste travailler dans de telles ambiances.

Nous savons que le mot reste tabou pour la ville, elle ne cesse de répéter qu’il n’y aura pas d’open-space au T8. Or, ne nous y trompons pas, même cloisonné, la configuration restera de type open-space, car les cloisons sont pour la plupart vitrées et translucides, certains bureaux accueilleront huit agents, voire davantage.

 

d)     la circulation intérieure :

3,57 % des agents espèrent s’habituer à un environnement inévitablement plus bruyant qu’à Morland, ou rue du Louvre,  45 % affirme le contraire, problèmes d’adaptation et de concentration dans une telle configuration.

 

e) la mutualisation du matériel :

Ils sont 17, 86 % à penser que cela ne les dérangera pas outre mesure et 37 % que c’est insupportable (perte de temps du à l’attente, confusion des documents etc.…)

 

f) le manque d’espace :

 Vous n’êtes que 3,02 % à déclarer que cela n’a guère d’importance. L’immense majorité des agents souhaite bien légitimement des espaces suffisants, conforme au « référentiel aménagement » de la ville de Paris. Il ne faut pas oublier que les bureaux individuels vont devenir au T8 des espèces très rares, les agents s’entasseront à 4 – 8 … par bureaux.

 

g)      la climatisation :

4,67 % seulement   affirment que la climatisation ne les dérangera pas, contre 60 % déclarent en souffrir, dont 30 % que cela  nuira à leur santé.

Comme vous le verrez dans la seconde partie de cette analyse, les problèmes de « rafraîchissement d’air » provoquent de nombreux commentaires.

 

h)      le manque de locaux collectifs (locaux syndicaux, infirmerie …) :

La majorité réclame des locaux collectifs et surtout conserver l’existant de Morland (locaux syndicaux et infirmière), 8,24 % sont indifférents.

Ces locaux sont absolument indispensables pour la santé et une écoute des agents.

 

i)        le sous dimensionnement de la cantine :

Un restaurant d’entreprise, spacieux, accueillant et convivial est absolument indispensable, le sous dimensionnement proviendra surtout des autres emplacements qui seront également utilisateurs (notamment 95 et 103 av de France + alentours), car les tarifs des cantines accessibles à ces sites  sont plus onéreux.

 

C) Difficultés d’adaptation :

Seulement 5,22 % des agents affirment pouvoir s’adapter à cette nouvelle structure, sans trop de difficultés,

 

Vous le verrez plus en détail en  lisant les réponses du questionnaire.

En tête des préoccupations : la promiscuité et le manque d’intimité (44,51 %), ensuite, les problèmes liés à la climatisation (41,76 %), en troisième position, le stress au quotidien (34,89 %), ensuite le manque de lumière souligné par 33,79 % des sondés et enfin, l’aspect carcéral du bâtiment (31,59 %)  

 

L’Administration ne peut affirmer que les préoccupations des agents sont marginales, elle sera dans l’obligation de tenir compte de ces griefs majoritaires parmi nos collègues.

 

II – DES TEMOIGNAGES DIRECTS :

 

A la suite de ce questionnaire, plusieurs centaines de témoignages nous ont été apportés, que ce soit dans le cours du sondage ou à sa fin, où il était demandé une appréciation globale sur ce déménagement.

Nous avons sélectionnés quelques réponses parmi les plus significatives et les plus courantes (pas forcément les plus virulentes) :

 

 Temps de transports :

 

-les déplacements de Morland, sont plus centraux, donc moins de pertes de temps

 

-la ligne 14 est déjà surchargée aux heures de pointe, on rajoute plusieurs centaines d’agents supplémentaires, bonjour les dégâts, de plus les changements sur cette ligne sont longs.

 

-rallongement du temps de transport, au détriment de la vie sociale et familiale.

 

-pour les réunions hors site, pertes de temps supplémentaires, au détriment du travail, et des déplacements sur le terrain.

 

-T8 mal desservi, seul la ligne 14 est performante, on ne peut guère compter sur le RER C beaucoup moins fiable (nombreux retards), peu de lignes de bus, par rapport au centre de Paris.

 

-la situation en plein centre de Paris est idéa le, non seulement pour le trajet domicile/ travail mais aussi pour les réunions hors site (tout près de l’Hôtel de Ville et de la Préfecture)

 

-on quitte le cœur historique de Paris, quartier sympathique avec  de nombreux commerces, et de lieux de restauration, pour un quartier froid sans vie, avec peu de commerces..

 

Les fenêtres non ouvrantes et la climatisation. :

 

Nous avons dénombrés d’innombrables témoignages du genre : « je souffrirai de claustrophobie » et des craintes récurrentes des pannes du système de ventilation (Que fait-on quand la climatisation est en panne ?), le système vieillit mal, les restrictions budgétaires actuelles effraient en ce domaine.

 

Autres témoignages :

 

-aberration écologique et environnementale, la ville de Paris, ne lésine pas sur les dépenses énergétiques, alors qu’il est plus simple d’ouvrir  une fenêtre. Nous n’habitons pas une lalittude ou la climatisation est nécessaire et évidente..

 

- les risques de maladies, liés à la climatisation : fatigue visuelle, rhinite, asthme, problème de thyroïde, maux de tête, allergies, etc.…

.

-les systèmes de ventilation sont des usines à virus. (nombreux témoignages de ce type)

 

-imposer la climatisation, est contraire au libre-arbitre.

 

-climatisation = quid du développement durable, dont on nous rabat les oreilles à longueur de temps

 

-bonjour les odeurs corporelles ou autres, dans un lieu confiné avec la « clim ». alors qu’il est plus simple d’ouvrir une fenêtre ?

 

-c’est un système bruyant.

 

Les madriers :

 

De très nombreux témoignages, concernant la sensation, d’enfermement, de prison, d’angoisse dus à des lieux confinés et la vue des « barreaux »

 

-c’est totalement inesthétique

.

-Il y a une certaine cohérence de la Ville à installer des madriers des fenêtres non ouvrantes,  = impossibilité de défenestration, afin d’éviter le syndrome France Télécom

 

-c’est impensable, inacceptable et inutile, voire imbécile.

 

Les Open-space :

 

Nous réitérons nos propos, même si la ville s’en défend (le mot open-space est totalement tabou chez nos dirigeants) les structures des bureaux, resteront de type open-space : cloisonnement translucide, huit personnes dans certains bureaux, voire davantage. Le rejet est général et massif chez nos collègues, c’est un système anxiogène.

La majorité des agents veulent des bureaux fermés (type Morland) accueillant un à trois agents maximum.

 

-open space = du bruit (la ville a-t-elle prévu des casques anti-bruit pour son personnel ?), de la surveillance continuelle, éclairage au néon absolument épouvantable, impossibilité de se concentrer, de parler au téléphone.(nombreux témoignages)

 

-open space = batterie d’élevage de poulets = mort de la relation humaine

 

-le projet de direction DVD parlait de l’épanouissement des personnels. On en est bien loin, si on se met à réaliser des postes de travail ouverts ou semi-ouvert.

 

-c’est démodé et archaïque

 

-j’encadre du personnel, j’ai besoin d’un espace intime pour recevoir mes collègues selon leurs besoins, pour des questions professionnelles  ou individuelles.

 

-incompatible avec la réception du public

 

-que les concepteurs de ces agencements aillent y travailler et nous laisse travailler tranquillement dans des bureaux à visage humain.

 

La circulation intérieure :

 

-ambiance de hall de gare, aucune sérénité pour travailler

 

-ces allées et venues perpétuelles, sont bruyantes et fatigantes.

 

La mutualisation des matériels :

 

-c’est rétrograde, et plus coûteux à l’usage, perte de temps, (pendant qu’on attend ses impressions, on ne fait pas autre chose) attente inutile = moins de travail

 

-les documents sont mélangés ou disparaissent

 

-engorgement fréquent du matériel, car trop sollicité.

 

-pour les agents qui doivent éditer des documents pour signature, c’est l’horreur… il aurait fallu réfléchir à l’avance, sur les demandes de chaque service

 

-problème des documents confidentiels : que fait-on ?

 

-certains services seront très pénalisés, par exemple obligation de se déplacer à chaque fois que l’on remet un récépissé

 

-la ville doit donner à ses agents les moyens matériels de travailler de manière convenable, là ou elle est capable de dépenser plus de 800 millions d’Euros pour le réaménagement des Halles.

 

Le manque d’espace :

.

-il faut respecter l’espace minimum dévolu à chaque agent et défini dans l’accord cadre ?

 

-je ne suis pas une poule pondeuse dans un élevage en batterie industrielle, je suis un être humain.

 

-inutile de rappeler des ouvrages sur la vie des animaux, en surnombre, ils se dévorent, des cours de sciences du primaire s’imposent aux concepteurs de ce bâtiment et à ceux qui soutiennent le projet

.

-Demandez aux cadres supérieurs et à nos dirigeants, pourquoi eux ne sont pas entassés ?

 

-ou mettrons-nous nos dossiers en cours d’instruction, sous le bureau, sur nos genoux ?

 

-je travaille en cartographie, j’ai besoin de beaucoup de place, Comment vais-je faire dans nos futurs locaux pour l’étalement de tous ces documents.

 

Le manque de locaux collectifs (syndicaux, détente, infirmerie) :

 

-après la suppression de la bibliothèque, c’est maintenant le tour des locaux syndicaux et de notre infirmerie, A qui le prochain ? Aurons nous encore le droit d’être malade, ou de se syndiquer ?...(nombreux témoignages)

 

--Il faut en avoir eu besoin une fois de l’infirmière pour comprendre ce manque inacceptable.

 

-si on se coupe, on fait quoi : on appelle les pompiers ???

 

-importance de  l’écoute d’une infirmière ou des syndicats.

 

-c’est un scandale, le confort de l’agent passe au second plan,  élément nié par la SG.

 

-On veut une salle de sport (si on doit aller au T8), comme dans le privé.

 

Le sous dimensionnement de la cantine :

 

-la cantine doit être un lieu agréable, indispensable pour se détendre,  si en plus on doit attendre dans les files d’attentes, se presser de manger et se serrer, Où est la convivialité ?

 

-nécessité d’une cantine spacieuse, ou l’on peut décompresser, c’est important

 

-les agents du 103 av de France, utiliseront aussi la nouvelle cantine, car moins onéreuse. A quand les inscriptions sur un planning à l’avance pour pouvoir manger un repas équilibré.

 

-la cantine est indispensable, dans le quartier, rien à moins de 15 € le plat

 

-Il n’y a plus qu’à espérer que de nombreux agents se mettent à  « jeûner » pour éviter l’attente.

 

-l’attente supplémentaire conduira à devoir allonger la pause méridienne et à rester plus tard le soir pour finir le travail, tout cela au détriment de la vie familiale.

 

Commentaires libres (dernière page) :

 

Nous vous présentons un condensé de vos témoignages libres à la fin du questionnaire :

.

-Une fois de plus, la ville fait passer ses intérêts économiques, avant le bien-être de ses agents.

 

-nous serons sans doute obligés de muter et trouver peut-être des postes moins intéressants, mais qui nous épargnera le T8, nous nous plaisions à Morland.

 

-une énième dégradation de nos conditions de travail.

 

-après Renault, France Télécom… à quand le syndrome Ville de Paris ?

 

-installation dans un placard géant, laid inconfortable et de facture rétrograde A l’heure de la modernité et du développement durable, ainsi que de la préoccupation de l’impact des transports ; expression d’une totale indifférence aux conditions de travail et de vie des individus.

 

-ce déménagement se traduira par une hausse globale de l’absentéisme et une baisse de la qualité des prestations rendues.

 

-je pense que si l’on voulait dégraisser le mammouth, on ne pourrait pas mieux s’y prendre. Comment font les entreprises privées qui délocalisent… elles choisissent des locaux très éloignés géographiquement. Si le Maire avait pu délocaliser ses équipes en Province, pas sûr qu’il ne l’aurait pas fait. De cette manière les jeunes seront poussés au télétravail : Restez chez vous, si vous n’êtes pas contents.

 

-l’architecte qui a « pondu » ce projet devrait venir y travailler.

 

-plus le temps passe et moins c’est agréable de travailler !

 

-pas de reconnaissance des règles de santé humaine : l’Administration nous fournira-t-elle un kit de survie ?

 

- un ingénieur : Au-delà de ma personne quand bien même je pourrais disposer à titre personnel de meilleurs conditions de travail (bureau individuel) je trouverais cela absolument anormal et injuste que des collègues avec lesquels je travaille au quotidien (techniciens, secrétaires, dessinateurs) disposent de conditions de travail dégradées et indignes de notre époque.

 

-je suis proprement scandalisé par la démarche consistant à faire des économies ponctuelles  au détriment des conditions de travail et de la santé des agents.

 

-nous ne sommes pas du bétail à parquer dans un espace confiné, si c’est le cas autant nous mettre dans un champ

 

-les expériences (calamiteuses) vécues des agents du 95 et du 103, indiffèrent manifestement les décisionnaires

 

-Votre enquête est une excellente initiative et il est choquant  que la SG n’ait pas pris la peine de l’organiser elle-même. Bravo à vous et merci.

 

-la retraite approche, heureusement pour moi, mais je reste solidaire de mes collègues

 

-les agents sont considérés comme des pions qu’on déplace sans considération

 

-quand on  pense à toutes les dépenses effectuées ces dernières années pour la mise en conformité de l’immeuble Morland et les bonnes conditions de travail que nous avons maintenant, c’est un véritable gâchis financier que la Mairie et donc le Maire, orchestre. Je ne peux que désavouer le projet qui ne répond à rien d’essentiel.

 

-on est effaré de voir le peu de réflexion de la part des décideurs, manifestement ils ne connaissent pas le travail que l‘on effectue  chaque jour dans un contexte déjà difficile. En gros, ils ne savent pas ce que l’on fait, comment pourquoi etc.… ?

 

-projet conduit en l’absence de toute considération humaine du personnel, mais uniquement sur des bases technocratiques.

 

 

EN CONCLUSION :

 

Et Après ! Suite à cette enquête, voyons l’avenir et que pouvons-nous espérer ?

 

D’un projet mortifère, fermé sur l’extérieur, exigeons ensemble avec votre soutien un bâtiment ouvert sur la vie (selon vos propres réflexions) et pour le bien être des agents.

 

 Pour cela, nos revendications sont claires :

-retrait des « barreaux de prisons » (selon vos propres expressions)

- ouverture des fenêtres

-création de bureaux à taille humaine

-des surfaces suffisantes pour chaque agent

-des espace de convivialité : coin café, salle de sport (comme cela se fait dans le privé)

- conservation de l’existant comme à Morland : locaux syndicaux (pas par corporatisme, mais pour conserver un lieu de parole et créer du lien social). Conservons également « notre infirmière » absolument indispensable, quand on sait qu’elle officiera aussi pour les locaux du 95 et du 103.

-le retour de notre bibliothèque

-un restaurant d’entreprise convivial, un instant de sérénité est absolument nécessaire à la pause méridienne.

 

L’Intersyndicale a obtenu des avancées sur certains  points, notamment d’une part une diminution du nombre d’utilisateurs (environ 80 personnes) grâce au retrait du site Carnot de la DVD du projet, et d’autre part un cloisonnement des bureaux coté jardin, qui reste cependant loin d’être parfait.

 

Des améliorations de nos futures conditions de vie s’imposent encore.

 

Le chemin vers la satisfaction de nos revendications reste encore long

 

La rentrée va être décisive, cette lutte nous la mènerons avec vous. N’hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos attentes et de vos craintes.

 

Quant à la concertation, demeurons extrêmement attentif

 

 Si effectivement elle a lieu entre les deux directions  et le personnel et les organisations syndicales, on a souvent l’impression que l’Administration nous « mène en bateau » (vos commentaires l’ont fort bien remarqué) elle essaie en fait sciemment, (dans une démarche de communication marketing) de nous écouter sans nous entendre, bref un leurre de négociations.

 

 Surtout, l’Administration cherche auprès de vous, à vendre  son projet néfaste, clef en main, à travers une entreprise de communication savamment orchestrée et qui va s’intensifier à la rentrée de septembre.

 

 Les escobarderies et l’esbroufe seront bien sur au rendez-vous de ce discours, afin de vous faire « avaler » ce projet en vous démontrant qu’il est le meilleur du monde.

 

Réagissez et demeurez vigilants.

 

Restons  mobilisés seules des propositions concrètes et significatives sur nos revendications

auront notre faveur.

 

 

« L’homme de bonne foi supporte la contradiction parce qu’elle seule fait naître l’évidence »

 

François Constantin DE VOLNEY

  Consulter les résultats chiffrés ici


Pour continuer à vous exprimer, rendez-vous sur notre forum dédié

Pour approfondir la réflexion :

- Etude payée par la Ville pour justifier, après choix du site, que ce dernier est bon pour le personnel en terme de trajet domicile-travail.

- Présentation succincte du projet et du processus de validation

- 1ère lettre d'information conjointe DVD - DU

- article UNSA sur le sujet

- second article UNSA sur le sujet

- réponse DU aux questions des syndicats

- enquête UNSA auprès de la DU et de la DVD : synthèse et résultats chiffrés (si problèmes de lecture du PDF des résultats chiffrés depuis le navigateur, télécharger le fichier pour le consulter localement)

- forum de discussion sur le sujet

- ici photographies de l'évolution de la construction (âmes sensibles s'abstenir)

- le bêtisier du T8








 


Date de création : 11/09/2012 @ 15:44
Dernière modification : 13/10/2016 @ 15:22
Catégorie :
Page lue 4437 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^