Législation générale
Réglementation Paris
Réforme catégorie B
Nouvelles défraîchies
+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
Le Webmester et vous
Restons en contact !

Pour nous joindre, une seule adresse :
unsaparis@orange.fr

Vos permanents :


Mr Dominique M'GUELLATI :
dominique.mguellati@paris.fr
           01 43 47 84 43
Mlle Alexandra BRANDINI-BREMONT :
alexandra.brandini-bremont@paris.fr
           01 42 76 70 86

PP.jpg

Examens professionnels 2016 des SA
COMPTE-RENDU UNSA DES EXAMENS PROFESSIONNELS 2016
DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS
 
L’UNSA vous adresse ci-dessous, un panel de questions posées à l’oral de SACE (classe exceptionnelle) et de SACS (classe supérieure).
 
Il ne s’agit pas, bien sûr,  de la totalité des questions posées  à ces oraux, notre syndicat n’a d’ ailleurs pas assisté en tant qu’observateur à l’ensemble des séances. Nous avons privilégié les questions d’ordre général, et inter-direction, au détriment de questions très spécifiques intéressant un seul service ou une seule direction.
 
D’abord quelques chiffres.
 
SACS :
114 inscrits à l’examen,
 88 présents à la première épreuve écrite,
Note minimale d’admissibilité 8, les notes s’échelonnent de 4,5 à 17, moyenne : 11,25
74 agents admissibles, les notes se répartissent à l’oral entre 6 et 15, moyenne 12,5,
Seuil d’admissibilité 10
53 admis au final, Moyenne définitive : 11,28
 
SACE :
133 inscrits
Note minimale d’admissibilité : 8
 105 agents présents à la première épreuve écrite. Les notes s’échelonnent entre 8 et 14
Seuil d’admissibilité définitive : 10
 72 agents admissibles (50 postes à l’examen), 67 se sont présentés 48 ont été admis les notes se placent  entre 0 et 15,5
 
Les postes non pourvus  aux examens professionnels sont reversés la même année dans la liste des promotions au choix.
 
Quelques réflexions sur l’oral :
 
L’étendue du programme de l’oral, pour ces deux examens, est extrêmement vaste, et aucun document de synthèse n’existe permettant d’englober l’ensemble des questions potentielles. Il est donc nécessaire d’aller à la « pêche » aux informations, avec toutes les difficultés que cela occasionne, tellement elles sont « atomisées » dans des documents extrêmement divers.
On passe plus de temps à chercher l’information qu’à l’assimiler une fois trouvée. Par ailleurs votre hiérarchie ne vous facilite pas toujours la tâche dans vos recherches. Enfin, le surdimensionnement des tâches à accomplir dans votre travail phagocyte le travail personnel que vous pourriez réaliser en vue de  votre examen.
Les conférences lors des préparations à examen n’abordent, de plus, que quelques thèmes du programme, pas la totalité.
 
Concernant votre présentation, ne dépassez pas les temps impartis (5mn), le jury vous arrêtera et vous n’aurez pas le temps de conclure.
Evitez d’apprendre par cœur, cela évite le ton « monocorde » qui « endort » l’auditoire, et surtout les pauses intempestives, lorsque vous avez un trou de mémoire.
Ayez de l’originalité  et donnez de la vie à cette formalité, en évitant de donner une impression de formatage, coulé dans le même moule.  Pensez toujours que cette prestation servira très souvent aux premières questions.
 
La seconde partie demande au préalable, un apprentissage méticuleux des rouages de votre direction (pas seulement du monde microcosmique de votre service) : réalisations, missions…
Sachez que ce questionnement peut englober l’ensemble de votre parcours professionnel, y compris dans des postes hors-ville.
Ne négligez pas les grandes questions transversales de la politique de la Municipalité : budget, grands travaux, composition des élus et mode d’élection…
 
Il s’agit de jouer un rôle, cette épreuve est calquée sur un entretien professionnel d’embauche dans une grande société, d’où l’art de vous « vendre » pour décrocher le poste.
 
Schématiquement le jury cherche à connaitre « votre montée en compétence et en responsabilité » et votre réflexion personnelle  sur l’objet de  vos missions depuis vos débuts de cadre B.
 
D’où trois types de questions (progressives) :
-Quelles sont vos taches ?
-A travers ses questions, le jury  cherche à connaitre vos degrés de compétence dans votre ou vos postes,
-Avez-vous le recul nécessaire pour vous interroger sur la finalité de votre poste ? : A quoi je sers ? Que puis-je apporter à la Ville ? Mon poste pourrait-il être organisé autrement ?, Quel pourrait être son évolution (ou celle de votre service ou de votre direction) ?
 
Vos réponses sont très souvent  élogieuses et laudatives, vis-à-vis de votre employeur,  à la hauteur du challenge : avoir une promotion au grade supérieur.
 
Ce jeu de rôle, totalement artificiel est parfaitement huilé mais  nécessaire. Il faut donc jouer le jeu.
 
Un observateur extérieur penserait à l’audition des candidats que la Mairie de Paris est un monde de « Bisounours », Tout est pour le mieux dans le meilleurs des mondes : les agents sont fiers de travailler à la ville, l’épanouissement professionnel est garanti, les tâches sont toutes valorisantes, les perspectives de carrière, florissantes…
 
Or, tout cela n’est qu’un beau décor de théâtre en « carton-pâte », la dure réalité se révèle derrière l’apparat, le décorum et les apparences, un avenir baigné d’incertitudes et où le dynamisme laisse place à la morosité.
 
Le jury peut rêver d’un monde idyllique pendant que la plupart de nos collègues souffrent  des réorganisations permanentes, des postes sans guère d’intérêt et à peu de perspective d’avenir, (lorsqu’ils sont maintenus et pas supprimés purement et simplement !) l’épanouissement personnel se réduit bien souvent à une adaptabilité permanente, avec à la clef un fréquent usage  des mobilités  de carrières imposées. 
 
Ce n’est pas cet article qui va refaire le monde, contentons-nous de lire quelques questions posées !

Pour lire les questions posées à l'examen de SA Classe Supérieure, CLIQUEZ-ICI...

Pour lire les questions posées à l'examen de SA Classe Exceptionnelle, CLIQUEZ-ICI...

  ********************
 
« Aux examens, on vous pose toujours des questions dans des domaines qu’on ne connait pas
et jamais dans ceux qu’on connait bien »
 
Winston CHURCHILL
homme d’Etat anglais
(1874-1965)

********************
 


 


Date de création : 25/11/2016 @ 10:01
Dernière modification : 30/11/2016 @ 21:55
Catégorie :
Page lue 1077 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^