Législation générale
Réglementation Paris
Réforme catégorie B
Nouvelles défraîchies
+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
 -  Année 2011
 Décembre 2011
>  ADIEU !
>  Joyeux Noël et bonne année !
>  Une simple ligne suffit pour être mis à la porte !
>  Elle approche à petits pas : la retraite
>  BIBLIOTHEQUE DU PERSONNEL : SILENCE ON FERME !
>  APPEL DES SYNDICATS CFDT CGT FSU UNSA
>  Bas salaires : une petite indemnité sur la paie du mois de décembre
>  Valérie Pécresse veut une "révision générale des politiques locales"
>  REORGANISATION DE LA DRH
>  AUGMENTATION DU TEMPS DE TRAVAIL DES FONCTIONNAIRES SANS REMUNERATION SUPPLEMENTAIRE DE QUI SE MOQUE-T-ON ?
 Novembre 2011
>  Des millions d'Européens veulent travailler plus
>  Égalité hommes-femmes dans la FP
>  Contre la fermeture de la bibliothèque Morland : argumentaire très étayé d'une farouche opposante
>  L'histoire moderne de l'homme politique est finie
>  Lettre à Mme Errecart - ratios promus-promouvables SA
>  Les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA appellent à la mobilisation
>  De quoi l'encadrement est-il le nom ?
>  GIPA (garantie individuelle du pouvoir d'achat) 2011
>  Préavis de grève dans la fonction publique européenne
>  NON A UN JOUR DE CARENCE POUR LES AGENTS PUBLICS !
>  QUID DES ELECTIONS PROFESSIONNELLES A PARIS ?
>  Discrimination au recrutement sans concours à la Ville de Paris
>  Maïté Errecart
>  Les syndicats européens vent debout contre la libéralisation du rail
>  Identité numérique : les réserves de la Cnil et de la commission des lois du Sénat
>  Comparatif : le temps de travail dans les Etats membres
>  Nouveau relèvement du plafond de l'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé
 Octobre 2011
  Pourquoi la libéralisation des services publics fait monter les prix
>  Liberté publique : un maire perd son procès, au final contre un blogueur 
>  Le Comité des régions appelle à développer la mobilité européenne des agents territoriaux
>  Thomas Jefferson : un visionnaire !
>  Delanoë, l'emploi, et les syndicats
>  Ecogestes
>  Santé et sécurité au travail
>  Ca déménage !
>  Un impôt sur notre santé ? C’est non !
>  Ville numérique : un projet de gouvernance plus que de technologie
>  Manif du 11 octobre 2011
>  Salariés : soyez désagréables !
>  Factures : ça coince !
 Septembre 2011
>  Fermeture de la bibliothèque Morland (suite)
>  Réforme des retraites et fonction publique
>  Négociation sur les moyens syndicaux
>  Conditions de travail...
>  Vacances en direct (VED)
>  Primes et indemnités
>  Salaires des territoriaux : un verre à moitié plein ?
>  Intéressement collectif : le décret est paru pour l'Etat, les collectivités restent dans l'attente
>  Le déficit de la France
 Août 2011
>  Nouvelle tentative de fermeture de la bibliothèque Morland
 Juillet 2011
>  Intéressement, nouvelles CAP, entretien individuel... où en est la loi dialogue social ?
>  Recensement 2008
 Mai 2011
>  Animateurs territoriaux : le décret sur le nouveau cadre d'emplois est paru
>  Des indicateurs contre la dictature du PIB
>  Agents contractuels : le projet du gouvernement fidèle à l'accord du 31 mars
>  Télétravail dans la fonction publique : le gouvernement veut passer à la vitesse supérieure
>  17e Forum Retraite organisé par la Caisse des Dépôts
>  RGPP : les raisons de la colère des maires
>  Un guide pour lutter contre la précarité des agents territoriaux
 Avril 2011
>  UNSA-info La lettre en ligne de l’UNSA nationale
>  UNSA-info La lettre en ligne de l’UNSA nationale
>  Les agents de l'Etat sont-ils des aliens ?
>  Script du chat Réforme de la catégorie B - jeudi 3 mars 2011
 Mars 2011
>  Réforme cat B - flash info Mairie de Paris
>  Nouvelles de Localtis - lettre d'info des collectivités locales
>  Infos UNSA nationale
>  Infos UNSA nationale
 Février 2011
>  Infos UNSA nationale
Vrai contact
Restons en contact !

Pour nous joindre, une seule adresse :

unsaparis@orange.fr

Nouvelles

Laurent Pinsolle - Blogueur associé | Lundi 24 Octobre 2011 à 18:01 | Lu 5502 fois

« Si le marché a ses imperfections, l’Etat les a également. Néanmoins, pour de nombreux secteurs économiques, il est plus pertinent de les conserver dans le giron de l’Etat », estime le blogueur Laurent Pinsolle, membre du parti de Nicolas Dupont-Aignan Debout la République. La libéralisation des services publics engendre des problèmes d'économie d'échelle, de profits et de publicité, d'incertitude qu'il relève.

(Flickr - dem13 - cc)
(Flickr - dem13 - cc)
 
Il y a une dizaine d’années, on nous vendait la libéralisation des services publics comme un moyen de faire baisser les prix. Mais depuis, on constate qu’au contraire, les prix ont largement tendance à progresser, démontant l’argument principal des tenants du recul de l’Etat.
 

Un problème d’économie d’échelle

Il ne s’agit pas de remplacer un dogmatisme par un autre. Si la libéralisation n’est pas la solution dans bien des domaines, tout ne relève pas non plus du service public. Et si le marché a ses imperfections, l’Etat les a également. Néanmoins, pour de nombreux secteurs économiques, il est plus pertinent de les conserver dans le giron de l’Etat. C’est le cas pour les « monopoles naturels », les secteurs qui nécessitent d’énormes investissements qui conduisent à des oligopoles.
 
Cela concerne l’électricité, le courrier ou du transport ferroviaire. Dans ces domaines, il serait totalement absurde de créer deux réseaux parallèles. Mieux vaut un seul réseau pour générer des économies d’échelle. C’est pour cela que les eurocrates veulent privatiser uniquement la distribution tout en imposant des règles ubuesques pour essayer d’assurer de la concurrence sur un tout petit morceau de la chaine de valeur. Mais en fait, le maintien de services publics a plus de sens.

Un problème de profits et de publicité

En effet, ce que l’on voit dans le cas de la privatisation des services publics est presque systématiquement une hausse des prix et une baisse du service aux clients. La raison est assez simple. Si on privatise et met en concurrence des entreprises de distribution d’électricité, outre la perte d’économie d’échelle, on rajoute des dépenses de publicité et de commercialisation pour assurer la concurrence, et une exigence de profits plus élevés des marchés par rapport à l’Etat.
 
Résultat, les gains de productivité qui peuvent être réalisés par le privé (il faut le reconnaître), sont souvent largement compensés par ces trois leviers. Résultat, comme on a pu le voir avec les renseignements téléphoniques, les prix se sont envolés et le service s’est détérioré. Les seuls qui en ont profité sont les chaines de télévision qui ont empoché les dépenses publicitaires. Bref, dans bien des cas, la privatisation se fait au détriment du service public.

Un problème d’incertitude

Il y a un troisième facteur d’augmentation des prix qui vient de l’incertitude qu’apportent la concurrence et la privatisation. En effet, elles apportent une incertitude qui peut décourager les investissements à long terme. Peut-on imaginer une seconde un EDF privé investissant aussi lourdement dans le nucléaire ? Le capitalisme actionnarial n’est pas toujours le plus efficace car il est beaucoup trop soumis aux humeurs des marchés et des résultats trimestriels.
 
Un autre secteur offre un exemple très parlant. Il y a vingt ans, l’agriculture était protégée par des prix minimums et l’Europe produisait des excédents. Si cette situation n’était pas sans poser de problème, les prix étaient beaucoup plus stables. Et si la libéralisation a d’abord fait baisser les prix, dans un second temps, l’incertitude sur le niveau des prix retarde les investissements, freinant la capacité de production, et in fine, fait monter les prix comme nous le constatons.
 
Bref, la libéralisation et la privatisation ne sont pas forcément les solutions. Les services publics à la Française ont beaucoup plus de sens sur bien des domaines. Malheureusement, Jacques Chirac et Lionel Jospin les ont sacrifiés sur l’autel de leur foi européenne.

Retrouvez Laurent Pinsolle sur son blog.

^ Haut ^