Législation générale
Réglementation Paris
Réforme catégorie B
Nouvelles défraîchies
+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
 -  Année 2012
 Décembre 2012
>  Des engagements forts du gouvernement pour la lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale
>   Emails professionnels : temps passé à répondre, consultation hors travail... trop nombreux, inutiles, chronophages
>  T8 - les écailles du monstre ont poussé...
>  Dispositif de titularisation des agents contractuels : plus de 1 700 agents concernés
>  Comparatif sur la corruption en Europe en 2012
>  Titularisation : 2 poids 2 mesures
>  Déclaration point n°2 du CTP Central
>  Titularisation des contractuels : la parution du décret rend le dispositif plus concret
>  Egalité entre les femmes et les hommes : les 14 mesures du gouvernement
 Novembre 2012
>  Questions posées à l'oral de l’examen professionnel de secrétaire administratif - classe supérieure
>  Le conseil supérieur va se pencher sur la dimension "RH" de la prochaine étape de la décentralisation
>  Forum Retraite : quels enseignements tirer pour l'avenir des réformes passées ?
>  MANIFESTATION DU MERCREDI 14 NOVEMBRE 2012 CONTRE L'AUSTERITE EN EUROPE
>  Un rapport parlementaire s'inquiète de la persistance des discriminations au travail visant les agents publics
 Octobre 2012
>  Parution imminente du décret de la loi Sauvadet sur les dispositifs de titularisation
>  En 2011, le nombre d'agents partant en retraite a augmenté sensiblement
>  Plus de 300 contrats de partenariat signés par les collectivités territoriales
>  Emplois d'avenir : oui mais... uniquement en CDD pour les collectivités
>  LES CAP DES ADMINISTRATIFS DE LA SEMAINE DERNIÈRE : LE PROCÈS DES HANDICAPÉS
>  Filières animation et sportive : légères retouches du cadre statutaire
>  Troisième tentative de suicide à la communauté urbaine de Lyon
>  Fin des demandes de validation
>  Le Parlement adopte définitivement le projet de loi sur les emplois d'avenir
>  T 8 : le nouveau miroir de la Mairie de Paris ?
>  Catégorie B de la filière sociale : les espoirs d'intégration en catégorie A s'envolent
>  Le ratio promus / promouvables va-t-il livrer tous ses secrets ?
>  Interdit aux handicapés !
>  RGPP : un bilan plombé par la non-prise en compte des collectivités
>  Salués par les collectivités, les emplois d'avenir inquiètent les associations
>   Le pré-rapport secret de l’OCDE sur la corruption
 Septembre 2012
>  DAC : TOUT S'EXPLIQUE (??)
>  Prise en charge des frais de santé
>  DES RENDEZ-VOUS IMPORTANTS ET UNE MAUVAISE NOUVELLE
>  T8 - résultats de notre enquête DU - DVD
>  La concertation sur les rémunérations et les carrières débutera en octobre
  Nouvelles modalités de participation de l'employeur : les agents seront-ils gagnants ?
>  Décret n° 2012-853 du 5 juillet 2012 portant relèvement du minimum de traitement dans la fonction publique
 Août 2012
>  Délit de harcèlement sexuel : des nouveautés dans le statut de la fonction publique
>  Thé - huîtres
>  Anne Hidalgo pâtit à faire supprimer des tweets propageant des rumeurs
 Juillet 2012
>  FONCTION PUBLIQUE : UN PROGRAMME CHARGE A LA RENTREE ENTRE LE NOUVEAU GOUVERNEMENT ET LES SYNDICATS
>  « APOCALYPSE NOW » ou « LA TOUR INFERNALE »
>  Anne Hidalgo élue présidente de l’EP Musées
>  L'acquis de la conférence sociale
>  Complémentaire santé : du nouveau
>  Juillet 2012 : Jacques Chirac ne s'est toujours pas baigné dans la Seine...
>  THÉ - HUîTRE
>  Le minimum de traitement bénéficie de la hausse du Smic, le point d'indice devrait rester gelé
>  T8 : UNE SOLUTION POUR GAGNER DES M2
>  MESURES TRANSITOIRES CONCERNANT LES ADJOINTS ADMINISTRATIFS : C'EST FINI !
>  Les projets de Marylise Lebranchu
>  Aide à la protection sociale des agents : la circulaire est parue
 Juin 2012
>  Retraites : augmentation progressive des cotisations à compter du 1er novembre 2012 (régime général, fonctionnaires, régimes spéciaux...)
>  Lecture publique : Aurélie Filippetti pour une coopération plus étroite entre Etat et collectivités
>  Accessibilité des personnes handicapées sur le web : les régions peuvent mieux faire
>  Une méthode et des solutions opérationnelles pour mieux gérer les fins de carrière
>  REUNION D'INFORMATION SYNDICALE CONCERNANT LES SA
>  La Secrétaire Générale veut lancer une réflexion sur la reconnaissance
>  Rachat des CET : c’est non !
>  Kit de survie
>  Reclassement des agents pour raison de santé : un droit à refonder
>  Tout sur le ministère Lebranchu
 Mai 2012
>  Les acteurs de la fonction publique se tournent vers Marylise Lebranchu
>  L'Open data en construction
>  Enquête SA - TS - dessinateurs
>  Décret n° 2012-765 du 10 mai 2012 portant expérimentation de la procédure de recours administratif préalable aux recours contentieux formés à l'encontre d'actes relatifs à la situation personnelle des agents civils de l'Etat
>  La Mairie s’en prend à l’UNSA-Attachés et à la CGT
>  Quotas de femmes pour les emplois de direction : le décret est paru
 Avril 2012
>  Tous ensemble à la manif du MARDI 1° MAI 2012
>  1er mai 2012 : satisfaire les revendications pour le progrès social
>  NEWS ASPP - AGOSPAP
>  Loi sur les agents contractuels
>  L’UNSA et la Présidentielle
>  Fonction publique : les syndicats boycottent le Conseil commun
>  Jour de carence lors d'un arrêt maladie : la prise en charge de la collectivité est "illégale"
>  Inquiétude syndicale sur la mise en oeuvre de la réforme des moyens syndicaux
>  Réunion d'information SA
>  Résultat de la CAP des TS du 3 avril 2012
>  Féministes en mouvement...
>  Rencontre de l’UNSA Finances avec l’équipe de François HOLLANDE
>  LE TRAVAIL, UNE MENACE POUR LA VIE DE COUPLE
>  LES MINIMAS SOCIAUX
>  LA MUTUALISATION
>  NO BADGEAGE
>  L’ATTRACTIVITE DU SERVICE PUBLIC N’EST PLUS CE QU’ELLE ETAIT
>  Santé La mesure est parue discrètement hier au Journal Officiel Les mutuelles devront payer les dépassements d’honoraires
 Mars 2012
>  Paris et moi, chaque opinion nous fait avancer...
>  Egalité homme-femme : les actions locales vont être recensées et mieux valorisées
>  « De façon générale, il faut éviter d'installer plus de vingt à trente personnes dans le même espace. »
>  Projet de loi sur les agents contractuels : toutes les mesures concernant les territoriaux
>  Allemagne : le mouvement de grève des fonctionnaires s‘étend
>  Paris et moi, chaque opinion nous fait avancer...
>  Pour l'OCDE, la RGPP doit à présent s'appliquer aux collectivités
 Février 2012
>  Lancement de la "démarche Valeurs" par la SG
>  Contractuels et parité : l'Assemblée adopte le texte
>  Jour de carence en cas d'arrêt maladie : tous les détails dans un projet de circulaire
>  Comparatif sur la pauvreté en Europe
>  REUNION D'INFORMATION SYNDICALE SA
>  Election présidentielle - circulaire UNSA
>  Les fonctionnaires et l’élection présidentielle
>  Nouveau point sur l’EP Musées
>  LA TVA SOCIALE
>  Mise en place du CCFP
>  MEME LES IRRÉPROCHABLES …
>  L’INDIVIDUALISATION DE LA GESTION DU PERSONNEL
>  LA LOI SUR LA PRECARITE, AU SENAT
>  SOURIEZ, VOUS ETES SURVEILLÉS !
 Janvier 2012
>  Les Français favorables à l'e-administration mais inquiets des risques
>  Les collectivités locales ont leur "e-bay" pour la vente des matériels déclassés
>  Perte du triple A : un effet domino pour les collectivités ?
>  Actualisation du décret de 1994 (suite)
>  SOMMET SOCIAL ET TRIPLE A
>  La situation de l’emploi au mois de novembre 2011
>  Bercy monsieur le Maire !
>  RELEVEMENT DU TRAITEMENT MINIMUM
>  François Sauvadet détaille ses priorités d'ici aux élections
>  Le chômage en Europe
>  Christophe Girard ose tout !
+ Année 2011
Vrai contact
Restons en contact !

Pour nous joindre, une seule adresse :

unsaparis@orange.fr

Nouvelles

(source localtis.info)

Publié le vendredi 31 août 2012
Localtis illustration du jour

© R. Damoret / Rea

Les nouvelles règles de la participation des collectivités au financement de la mutuelle de leurs agents viennent de prendre une dimension vraiment opérationnelle ce 31 août. Les collectivités vont-elles s'en saisir pour répondre aux situations de précarité qui sont fréquentes chez les agents ? Ceux-ci tireront-ils avantage de la nouvelle donne ? Enquête.

Ça y est ! A partir d'aujourd'hui, 31 août, les agents territoriaux peuvent obtenir une aide de leur employeur pour les frais liés à une complémentaire santé, ou à un contrat de prévoyance permettant de conserver leur salaire à taux plein ou presque, en cas d'arrêt maladie prolongé ou d'invalidité. Certes, la chose est déjà possible depuis plusieurs années et un certain nombre de collectivités ont pris des initiatives offrant à leurs agents cet avantage qui, dans le secteur privé, est monnaie courante. Mais le socle juridique sur lequel s'appuyait l'intervention des employeurs a été mis en cause par le Conseil d'Etat et la Commission européenne. Il a donc été remplacé ces dernières années par un nouveau cadre législatif. Un décret du 8 novembre 2011 et une circulaire du 25 mai 2012 (liens ci-contre) sont venus préciser la mise en œuvre des nouvelles modalités de la participation des employeurs. Celles-ci entrent en vigueur ce 31 août concomitamment à la parution sur le site de la direction générale des collectivités locales (DGCL) de la liste des contrats et règlements d'assurance répondant aux critères définis par le décret de novembre dernier (lien ci-contre). Proposés par 55 mutuelles ou sociétés différentes, ces produits d'assurance sont au nombre de 96. Les agents qui voudront bénéficier de l'aide de leur employeur, si celui-ci décide d'en accorder une, devront choisir l'un de ces 96 contrats. Des agents territoriaux vont donc certainement faire le choix de changer d'assureur. Le responsable des affaires internationales d'un conseil régional, qui adhère à la Mutuelle des affaires étrangères et européennes, est par exemple l'un de ceux qui est concerné, puisque la mutuelle ne fait pas partie des organismes labellisés. Mais la grande majorité des territoriaux ne subira pas cette contrainte, car tous les grands acteurs du marché de l'assurance des territoriaux ont obtenu le label. La seule démarche que les territoriaux devront en fin de compte accomplir pour bénéficier de l'aide de leur employeur, consistera simplement à remettre une attestation délivrée par l'assureur, prouvant que l'agent adhère à l'un de ses contrats. Ce sera une obligation si la collectivité a choisi de soutenir le personnel dans le cadre de la procédure dite de labellisation. Une procédure que les collectivités sont nombreuses à privilégier pour intervenir sur le risque santé. Outre sa simplicité, la solution a pour avantage de permettre aux agents de rester chez le même assureur en cas de changement d'employeur. C'est encore un bon point.

"Du beurre dans les épinards"

"Pour l'ensemble du personnel, l'aide viendra compenser un peu la faiblesse des salaires", réagit sur son site internet la section CFDT des agents de la ville de Vincennes, rappelant que le point d'indice des fonctionnaires est gelé depuis deux ans. Ceci est vrai dans les collectivités qui ont décidé d'être généreuses avec leurs agents. Comme le conseil régional de Champagne-Ardenne, qui verse une aide équivalente à la moitié du coût du contrat souscrit par ses agents en prévoyance – un effort qui sera poursuivi au même niveau dans le cadre du nouveau régime juridique.
Les agents aux revenus modestes vont bénéficier pleinement de ce coup de pouce dans les collectivités qui choisiront de moduler leur aide, comme l'a autorisé le décret. Illustration avec le cas de la mairie de Vincennes, qui va verser mensuellement 32 euros aux agents de catégorie C (et à tous ceux qui sont en situation de handicap), 25 euros aux agents de catégorie B et 20 euros aux agents de la catégorie A. Une majoration unique de 10 euros sera accordée à tous les agents ayant des enfants. A Vincennes, comme à la région Champagne-Ardenne, l'aide sera versée avec le traitement mensuel.
Les employeurs territoriaux vont-ils être nombreux à utiliser les facultés qu'offre le décret de novembre 2011 pour aider leurs agents à disposer d'une meilleure couverture en santé, ou en prévoyance ? Il est encore difficile de le savoir précisément.

De fortes attentes chez les agents

"Ceux qui avaient mis en place un dispositif de participation antérieurement au décret vont seulement l'ajuster aux nouvelles règles, a priori sans remettre en cause le niveau de l'aide", estime Ludovic de Mornac, directeur de la société Alcega, qui conseille les collectivités sur le sujet. "De leur côté, les centres de gestion qui proposaient aux collectivités de leur département d'adhérer à un contrat mutualisé en matière de prévoyance, soit environ la moitié des centres de gestion, vont continuer à offrir ce service. Ils sont nombreux à préparer, actuellement, pour le compte des collectivités une convention de participation. Une fois finalisée, celle-ci permettra d'assurer les agents des collectivités qui le souhaitent. Ces initiatives semblent répondre à une demande forte des collectivités", indique l'expert. "Sur les 440 collectivités affiliées à notre centre, 274 collectivités représentant un potentiel de 9.000 agents nous ont donné un mandat pour lancer la procédure de convention de participation dans le domaine de la prévoyance. En revanche, les collectivités non affiliées n'ont pas répondu à notre proposition", indique Annie Letty-Kaeribin, directrice générale adjointe du centre de gestion de la fonction publique territoriale du Finistère.
Les collectivités qui jusqu'à maintenant finançaient une partie du coût des contrats d'assurance santé ou prévoyance de leurs agents étaient "loin d'être majoritaires", affirme Jacques Bride, secrétaire fédéral adjoint de la Fédération Force ouvrière des services publics et des services de santé. Mais "la publication du décret, les fortes attentes des agents sur cette question en cette période difficile économiquement et la mobilisation des organisations syndicales provoquent un regain d'intérêt de la part des employeurs publics", observe Eric Mazaranoff, président de la Mutuelle nationale des fonctionnaires des collectivités territoriales (MNFCT).

Une aide facultative pour les employeurs

En outre, un certain nombre d'entre eux sont sensibles à la précarité de la situation de leurs agents qui ont des faibles salaires. Les fins de mois étant difficiles, ceux-ci ne peuvent pas toujours se permettre d'adhérer à une mutuelle santé, encore moins à des garanties en prévoyance. Lorsque l'agent tombe malade, sa situation s'aggrave. C'est pour éviter de tels drames que les employeurs font un geste financier et les incitent à avoir une mutuelle. "C'est un axe essentiel de notre politique de ressources humaines", déclare Frédéric Iacovella, directeur général des services de la mairie de Vienne, qui après avoir mis en place un dispositif d'aide pour la prévoyance, va faire de même pour la complémentaire santé.
Si le contexte pousse les collectivités à agir, celles-ci restent cependant totalement libres. "La participation des employeurs territoriaux à la mutuelle de leurs agents n'a pas de caractère obligatoire, contrairement à l'action sociale qui est incontournable depuis 2007. De plus, l'aide ne comporte pas de plancher – elle doit seulement être supérieure à zéro", rappelle Jacques Bride. Ce qu'il regrette d'autant que "le contexte actuel, dans lequel les collectivités cherchent à maîtriser leur masse salariale, n'est pas très favorable".
Conséquence : dans de nombreuses collectivités, la prise en charge des frais de mutuelle pourrait n'être que symbolique. Le risque est en outre plus grand dans les petites collectivités, qui ont souvent des moyens limités. "Les inégalités déjà importantes entre la situation des agents des petites collectivités et celle des grandes collectivités pourraient donc se creuser encore", déplore le représentant syndical Force ouvrière.
Au-delà de l'aide financière qu'ils peuvent apporter, les employeurs ont un rôle très important en matière d'information des agents sur les enjeux d'une couverture complémentaire, notamment pour les risques statutaires. Au-delà de 90 jours d'arrêt maladie, un agent ne perçoit plus que la moitié de son salaire, ce que certains ignorent.

Thomas Beurey / Projets publics

Plus grande, la concurrence va-t-elle profiter aux assurés ?
Le secteur de l'assurance santé et prévoyance qui, hier, était la chasse gardée des mutuelles de la fonction publique, va connaître une concurrence plus vive. Les assurés vont-ils tirer avantage de la nouvelle donne ? Ludovic de Mornac en est convaincu. "Indépendamment de la participation de l'employeur, les agents vont gagner du pouvoir d'achat du fait de la concurrence, que celle-ci, d'ailleurs, soit organisée par la collectivité par une convention de participation, ou qu'elle découle de la décision de l'agent de comparer les prix entre les opérateurs." Autre conséquence a priori positive : la mise en place de la labellisation est l'occasion pour certains acteurs de "rénover leur gamme de produits". Les garanties proposées aux agents pourraient ainsi être améliorées.
D'ici trois ans, le marché de l'assurance santé et prévoyance des agents territoriaux pourrait avoir évolué assez profondément, estime le directeur d'Alcega conseil. Les sociétés d'assurance et les institutions de prévoyance commencent à arriver sur un marché qui, avec 1,8 million d'assurés potentiels – sans compter les ayant-droits – n'est pas mince. L'enjeu financier est quant à lui immense, sachant qu'un contrat représente en moyenne une cotisation de 1.100 euros par an.
Les sociétés privées pourraient rapidement gagner du terrain. "L'assureur retenu par la collectivité par la voie d'une convention de participation pour le risque prévoyance, proposera aux agents individuellement des contrats en santé dans le cadre de la labellisation. Il le fera d'autant plus facilement qu'il aura accès au fichier des agents. Il pourra aussi proposer d'autres produits, comme l'assurance emprunteur", révèle Ludovic de Mornac. T.B.

^ Haut ^