Législation générale
Réglementation Paris
Réforme catégorie B
Nouvelles défraîchies
+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
 -  Année 2011
 Décembre 2011
>  ADIEU !
>  Joyeux Noël et bonne année !
>  Une simple ligne suffit pour être mis à la porte !
>  Elle approche à petits pas : la retraite
>  BIBLIOTHEQUE DU PERSONNEL : SILENCE ON FERME !
>  APPEL DES SYNDICATS CFDT CGT FSU UNSA
>  Bas salaires : une petite indemnité sur la paie du mois de décembre
>  Valérie Pécresse veut une "révision générale des politiques locales"
>  REORGANISATION DE LA DRH
>  AUGMENTATION DU TEMPS DE TRAVAIL DES FONCTIONNAIRES SANS REMUNERATION SUPPLEMENTAIRE DE QUI SE MOQUE-T-ON ?
 Novembre 2011
>  Des millions d'Européens veulent travailler plus
>  Égalité hommes-femmes dans la FP
>  Contre la fermeture de la bibliothèque Morland : argumentaire très étayé d'une farouche opposante
>  L'histoire moderne de l'homme politique est finie
>  Lettre à Mme Errecart - ratios promus-promouvables SA
>  Les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA appellent à la mobilisation
>  De quoi l'encadrement est-il le nom ?
>  GIPA (garantie individuelle du pouvoir d'achat) 2011
>  Préavis de grève dans la fonction publique européenne
>  NON A UN JOUR DE CARENCE POUR LES AGENTS PUBLICS !
>  QUID DES ELECTIONS PROFESSIONNELLES A PARIS ?
>  Discrimination au recrutement sans concours à la Ville de Paris
>  Maïté Errecart
>  Les syndicats européens vent debout contre la libéralisation du rail
>  Identité numérique : les réserves de la Cnil et de la commission des lois du Sénat
>  Comparatif : le temps de travail dans les Etats membres
>  Nouveau relèvement du plafond de l'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé
 Octobre 2011
>  Pourquoi la libéralisation des services publics fait monter les prix
>  Liberté publique : un maire perd son procès, au final contre un blogueur 
>  Le Comité des régions appelle à développer la mobilité européenne des agents territoriaux
>  Thomas Jefferson : un visionnaire !
>  Delanoë, l'emploi, et les syndicats
>  Ecogestes
>  Santé et sécurité au travail
>  Ca déménage !
>  Un impôt sur notre santé ? C’est non !
>  Ville numérique : un projet de gouvernance plus que de technologie
>  Manif du 11 octobre 2011
>  Salariés : soyez désagréables !
>  Factures : ça coince !
 Septembre 2011
>  Fermeture de la bibliothèque Morland (suite)
>  Réforme des retraites et fonction publique
>  Négociation sur les moyens syndicaux
>  Conditions de travail...
>  Vacances en direct (VED)
>  Primes et indemnités
>  Salaires des territoriaux : un verre à moitié plein ?
>  Intéressement collectif : le décret est paru pour l'Etat, les collectivités restent dans l'attente
>  Le déficit de la France
 Août 2011
>  Nouvelle tentative de fermeture de la bibliothèque Morland
 Juillet 2011
>  Intéressement, nouvelles CAP, entretien individuel... où en est la loi dialogue social ?
>  Recensement 2008
 Mai 2011
>  Animateurs territoriaux : le décret sur le nouveau cadre d'emplois est paru
>  Des indicateurs contre la dictature du PIB
>  Agents contractuels : le projet du gouvernement fidèle à l'accord du 31 mars
>  Télétravail dans la fonction publique : le gouvernement veut passer à la vitesse supérieure
>  17e Forum Retraite organisé par la Caisse des Dépôts
  RGPP : les raisons de la colère des maires
>  Un guide pour lutter contre la précarité des agents territoriaux
 Avril 2011
>  UNSA-info La lettre en ligne de l’UNSA nationale
>  UNSA-info La lettre en ligne de l’UNSA nationale
>  Les agents de l'Etat sont-ils des aliens ?
>  Script du chat Réforme de la catégorie B - jeudi 3 mars 2011
 Mars 2011
>  Réforme cat B - flash info Mairie de Paris
>  Nouvelles de Localtis - lettre d'info des collectivités locales
>  Infos UNSA nationale
>  Infos UNSA nationale
 Février 2011
>  Infos UNSA nationale
Vrai contact
Restons en contact !

Pour nous joindre, une seule adresse :

unsaparis@orange.fr

Nouvelles

RGPP : les raisons de la colère des maires - par Le maître du oueb le 17/05/2011 @ 15:43

(source www.localtis.info)

Finances publiques
Publié le jeudi 12 mai 2011

"L'Etat ne joue plus son rôle." 84% des 181 maires interrogés par l'Association des petites villes de France (APVF) sur les impacts et les conséquences de la Révision générale des politiques publiques considèrent que la RGPP a eu un effet négatif sur l'efficacité des services déconcentrés de l'Etat. Seuls 4% d'entre eux l'évaluent comme ayant eu un impact positif sur leurs services publics locaux.
Selon l'APVF, le rôle de l'Etat devrait consister "à apporter une impulsion pour l'avenir des territoires visant à dépasser les inégalités". Des inégalités qui depuis l'application de la RGPP ne semblent que progresser, qu'il s'agisse de santé, de la sécurité ou de justice. Et l'Association de se faire porte-parole de ces maires (52% des élus interrogés) qui ont connu dans leur commune une baisse des effectifs au sein de ces services publics et qui relaient un sentiment d'abandon des politiques de droit commun. Les conséquences de l'application de la RGPP se font cruellement ressentir dans les petites villes : les nombreuses fermetures de petits hôpitaux (11%), maternités (6%), prisons et casernes (12%), commissariat (12%), gendarmeries (21%), juridiction (38%), préfectures et sous-préfectures (2.107 postes supprimés en 3 ans), ont contraint 22% des communes à embaucher pour pallier ces manques et compenser les baisses d'effectifs dans les services publics. "Ces embauches sont clairement un transfert de charge insidieux de l'Etat vers les communes", dénonce l'APVF. Et celle-ci de souligner que des territoires entiers cumulent l'ensemble des méfaits apportés par la RGPP (Marmande, Joigny, Guéret, Lure, tous asphyxiés par les réformes successives).

"La RGPP engendre un cercle vicieux"

Prises à la gorge et mises devant le fait accompli, les petites villes doivent faire preuve de créativité pour mettre en place de nouveaux services (embauche de policiers municipaux, d'agent d'urbanisme, création de centre de santé, système de télé-relais...). Des ruses de Sioux pour masquer le manque, pour pallier l'abandon de l'Etat sur ces territoires. Mais les coûts sont élevés, les impôts doivent être augmentés pour financer ces initiatives parallèles de droit commun indispensables. Pourtant, 67% des maires interrogés considèrent qu'aucun accompagnement n'a été proposé par l'Etat pour diminuer l'impact de ces fermetures. "La RGPP engendre un cercle vicieux", affirme l'APVF.
L'étude a été réalisée en mars-avril 2011 auprès des petites villes - alors même, rappelle l'APVF, que la mission sénatoriale sur les conséquences de la RGPP pour les collectivités continuait de mener ses auditions (voir nos articles ci-contre). Si le bilan dressé par les élus est donc plutôt catastrophique, l'APVF tient à rappeler qu'elle a pourtant "constamment montré son souci de modernisation des services publics et l'impératif d'une réforme de l'Etat". A l'origine des critiques des maires, selon l'APVF : le manque de concertation. Une affirmation corroborée par pas moins de 87% des maires interrogés (qui évoquent une concertation inexistante, insuffisante ou passable). Cette absence de concertation, note l'association, était d'ailleurs "assumée par les pilotes de la réforme" : "Si nous avions adopté des méthodes classiques de préparation de la décision (…), nous en serions à 5% du chemin parcouru. Les mesures ont été prises dans un cercle assez restreint mais le président de la République et le gouvernement ont la double légitimité du suffrage universel", a eu l'occasion de déclarer Claude Guéant, cité par l'APVF.
Et maintenant ? Pour 74% des maires interrogés, il faut avant tout réclamer une pause dans le processus de la seconde phase annoncée de la RGPP. Et l'APVF de réaffirmer "la nécessité impérative d'un vrai dialogue et d'une véritable concertation entre l'Etat et les élus locaux pour aborder toutes ces questions". Des questions... et des dommages collatéraux pour des petites villes qui souhaitent que l'on reparle d'un "bouclier de services publics" pour "redonner une réalité au principe d'égal accès au service public".

Sandrine Toussaint


^ Haut ^