Législation générale
Réglementation Paris
Réforme catégorie B
Nouvelles défraîchies
+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
 -  Année 2013
 Décembre 2013
>  Cimap : un nouveau train de réformes va concerner directement les collectivités
>  L'Assemblée peaufine la réforme de l'action publique territoriale et des métropoles
>  Suppression des postes d’adjoint administratif
>  Distribution gratuite d'ordinateurs réformés
>  La Retraite Additionnelle de la Fonction Publique (RAFP)
>  Déclaration de l'UNSA au CTP central du 11 12 2013
>  Indices
>  Endettement des villes : qui sont les bons et les mauvais élèves ?
>  L'oral 2013 des examens professionnels de SA
 Novembre 2013
>  L'impact des TNIC sur le travail des agents territoriaux
>  Quand l’IFRAP frappe (1er épisode)
>  Les mails des eurodéputés ont été piratés par un hacker
>  Les fromages de la Ville *
>  Recul du pouvoir d'achat : les agents qui ont perdu le plus en 2011
>  Le rapport Pêcheur appelle le gouvernement à engager une nouvelle politique salariale
 Octobre 2013
>  Surveillance de la NSA : les Européens complices ?
>  Opendata France : les collectivités renforcent leur coopération
>  Internet, c'est s'adapter ou mourir
>  Veufs et retraités portugais s’insurgent contre un projet de réforme des pensions
>  Le Sénat approuve finalement la création du Grand Paris
>  L'âge légal de départ à la retraite dans l'Union européenne
>  Écran de fumée
>  Rémunérations, mobilité, qualité de vie... les grands chantiers de Marylise Lebranchu
>  Le droit souple, nouvelle arme pour lutter contre l'inflation normative
>  Un nouveau droit pour les non-titulaires en CDI
>  Le point sur le Grand Paris
>  Réforme de la DRH : ce qui va vous concerner
>  Xavier Lacoste, nouveau DRH de la Mairie
 Septembre 2013
>  La hausse du traitement des agents de catégorie C se précise
>  La hausse des cotisations retraite des fonctionnaires sera moins forte en 2014
  Modernisation de l'action publique : en commission, le Sénat campe sur ses positions
>  La fraude passe, le budget trépasse
>  Ecran total
>  Le projet de réforme des retraites adopté en Conseil des ministres
>  Que voulez-vous dire à la SG ?
>  Stress, fatigue et dépression liés au travail : le plan du gouvernement
>  REUNION D'INFORMATION SYNDICALE
>  TOUS EN GREVE LE MARDI 10 SEPTEMBRE 2013
>  Du fait de l'inflation, le pouvoir d'achat des agents territoriaux a baissé en 2011
 Août 2013
>  Retraites : L’UNSA rencontre le premier ministre
 Juillet 2013
>  Rémunération des agents de catégorie C : le gouvernement confirme le coup de pouce du 1er janvier prochain
>  La nouvelle prime des agents publics prend forme
>  Auto-entrepreneur : vers la fin du régime pour les fonctionnaires ?
>  Un projet de loi pour affirmer "l'attachement" du gouvernement au statut
>  Retraites : L’UNSA rencontre le premier ministre
>  Les chiffres clés du mois
>  N'EST PAS ZOLA QUI VEUT
 Juin 2013
>  "Ancré", "mercenaire", "équilibriste"... Les multiples visages du directeur général des services
>  Bercy met en ligne les données d'exécution budgétaire des collectivités
 Mai 2013
>  Le gouvernement crée une mission sur "l'évolution de la fonction publique"
>  Droits et obligations des agents : ce que prévoit l'avant-projet de loi
>  Les députés prônent un renforcement du contrôle des arrêts maladie
 Avril 2013
>  « Management autoritaire » : des agents en grève à Saint-Denis
>  Marylise Lebranchu précise les prochaines étapes de l'agenda social
>  Le projet de décentralisation scindé en trois textes
 Mars 2013
>  Egalité hommes-femmes : succès pour le protocole d'accord initié par le gouvernement
>  Chat sur la déontologie professionnelle : et les élus alors ?
>  GRÂCE A LA GRÈVE DU 20 FÉVRIER L'ANIMATION SORT DE L'OMBRE
 Février 2013
>  Notre enquête prime
>  Examen professionnel SA de classe supérieure
>  Le jour de carence aurait un faible impact sur l'absentéisme des agents
>  Les salariés mettent en moyenne 25 minutes pour aller travailler, selon un sondage
>  JOURNEE DE CARENCE
>  REUNIONS D’INFORMATION SYNDICALE - SA et TS
>  Grève des Assistantes Maternelles Mardi 19 février 2013 - Les raisons de la colére
>  Ah la cantine !
>  La directrice de l'urbanisme quitte la Ville
>  Survivre en open space
>  MONTREUIL (93) : LE CINEMA « LE MELIES
>  L’AVENIR DES BIBLIOTHEQUES DE QUARTIER
>  Courrier récapitulatif des primes perçues en 2012
 Janvier 2013
>  La directrice de l'urbanisme n'ira pas avenue de France
>   Les fonctionnaires sont-ils des privilégiés?
>  Marylise Lebranchu annonce un projet de loi de modernisation du statut
>  NOUVELLES MODALITES D'UTILISATION DU COMPTE EPARGNE TEMPS
>  Le congé de "solidarité familiale" élargi aux fonctionnaires
>  Mutuelles : de mal en pis
>  Information importante : la DAC réorganise le temps de travail pour les Secrétaire Administratifs en poste dans les conservatoires
>  LE SYNDICAT AUTONOME UNSA DE LA VILLE DE PARIS APPELLE A LA GREVE LE JEUDI 31 JANVIER 2013
>  Après les Gérard de la télé et du cinéma, les Gérard de l'architecture...
>  Statistiques de fréquentation du site en 2012
>  Comment les Français perçoivent leurs communes et intercommunalités
>  Lois de finances : tout ce qui change pour les collectivités
>  Fonction publique : décret sur le relèvement du minimum de traitement au 1er janvier 2013 (Conseil des ministres)
>  Les Français donnent 6,8 sur 10 à leur vie
>  Salaires : pas d'augmentation générale, mais des gestes très probablement
>  Bonne année 2013 avec notre nouveau site !
+ Année 2012
+ Année 2011
Le Webmester et vous
Restons en contact !

Pour nous joindre, une seule adresse :
unsaparis@orange.fr

Vos permanents :


Mr Dominique M'GUELLATI :
dominique.mguellati@paris.fr
           01 43 47 84 43
Mlle Alexandra BRANDINI-BREMONT :
alexandra.brandini-bremont@paris.fr
           01 42 76 70 86

PP.jpg

Nouvelles

Publié le lundi 23 septembre 2013

R. Vandierendonck

René Vandierendonck © AFP

A la veille d'une seconde lecture qui débutera le 2 octobre, les sénateurs comptent bien continuer de faire entendre leur point de vue sur le projet de loi de modernisation de l'action publique. La commission des lois du Sénat vient de le montrer. Elle n'a pas hésité à supprimer plusieurs dispositions, dont l'obligation de coordination des collectivités par la voie de conventions contraignantes ou l'élection directe des conseillers des métropoles. Elle a toutefois conservé, en les aménageant, plusieurs dispositifs introduits par les députés, notamment la métropole du Grand Paris.

Examinant les 18 et 19 septembre le projet de loi de modernisation de l'action publique et d'affirmation des métropoles, la commission des lois du Sénat a très largement remanié le texte adopté en première lecture par les députés le 23 juillet dernier.
Pas plus que le "pacte de gouvernance territoriale", les "conventions territoriales d'exercice concerté" destinées à permettre une plus grande coordination des politiques locales ne sont du goût de la commission, qui les a considérées comme contraires à la libre administration des collectivités territoriales. Elle les a par conséquent supprimées. Tout comme, de facto, les sanctions prévues par les députés à l'encontre des collectivités qui ne les mettraient pas en œuvre. En revanche, elle a conservé les règles de composition de la conférence territoriale de l'action publique (CTAP) qui doit réunir les principaux exécutifs de chaque territoire régional. Ces règles "permettent de concilier à la fois un effectif raisonnable tout en proposant une représentation équilibrée des territoires ruraux et urbains", indique le rapporteur, René Vandierendonck. La commission a par ailleurs entériné le choix de confier la présidence de la conférence au président du conseil régional.
S'agissant des collectivités chefs de file, c'est-à-dire les collectivités désignées comme les pilotes d'une compétence partagée par tous les niveaux de collectivités, la commission a procédé à de nouveaux ajustements, principalement au profit des départements, des communes et de leurs groupements. Les premiers redeviennent – provisoirement ? – les chefs de file de l'aménagement numérique, une responsabilité que les députés avaient confiée aux régions. L'Assemblée des départements de France (ADF) a plaidé au cours des dernières semaines en faveur de cette mesure. Elle a donc été entendue au sein de la chambre haute où les représentants des conseils généraux sont nombreux. Par ailleurs, la commission a étendu le "chef-de-filat" des départements à l'action sociale concourant à la réduction de la précarité énergétique.
Dans le giron des responsabilités du bloc communal, elle a réintroduit les compétences adoptées par le Sénat en première lecture : aménagement de l'espace, développement local et accès aux services publics de proximité, tout en conservant la mobilité durable, adoptée par l'Assemblée nationale.
Sans surprise, les sénateurs ont rayé d'un trait la disposition mettant fin à l'obligation d'un référendum avant la fusion de plusieurs collectivités territoriales. Ils ont considéré que l'organisation d'une consultation, comme celle du 7 avril dernier sur la fusion des départements et de la région en Alsace, est "un gage d'enrichissement de la démocratie locale et d'intérêt des populations aux évolutions de leur territoire".
Malgré les craintes exprimées par certains sénateurs de voir le Haut Conseil des territoires faire de l'ombre au Sénat dans son rôle constitutionnel de représentation des collectivités territoriales, la commission s'est "félicitée" de l'introduction dans le texte par l'Assemblée des dispositions ouvrant la voie à sa création (elles figuraient au départ dans le troisième projet de loi de décentralisation dont l'examen est incertain). La commission a même étendu le champ des compétences de l'instance.
S'agissant des métropoles, autre gros volet du projet de loi, les sénateurs n'ont pas modifié les critères de création fixés par les députés, un peu moins limitatifs que ceux qu'ils avaient eux-mêmes déterminés en première lecture. En revanche, ils ont souhaité une nouvelle fois que les métropoles résultent d'un choix des communes concernées à la majorité qualifiée, et non de l'application automatique de la loi.
En outre, la commission a supprimé la disposition votée par les députés qui prévoyait la possibilité pour une commune de se retirer de l'intercommunalité à laquelle elle appartient pour rejoindre une métropole sans que soit requis l'accord de l'organe délibérant de l'établissement et celui des conseils municipaux des communes membres.
Comme on pouvait s'y attendre, les sénateurs ont fortement critiqué l'élection au suffrage universel en 2020 d'au moins la moitié des conseillers métropolitains, principe introduit par les députés. Rédigée "de manière imprécise", la disposition "contrevient au principe de la libre administration des collectivités locales", souligne le rapporteur. En outre, poursuit-il, "la métropole demeure un groupement de communes qui exerce en leur lieu et place les compétences de celles-ci." Les sénateurs ont donc supprimé la mesure.
Voulu par l'Assemblée, l'assouplissement des modalités de mise en œuvre de la dotation globale de fonctionnement (DGF) territoriale et de l'unification des impôts locaux dans les métropoles, a subi le même sort.
Les sénateurs ont voté la création à compter du 1er janvier 2016 de la métropole du Grand Paris. Si l'article est partiellement réécrit, l'architecture votée à l'Assemblée nationale est conservée : à savoir un EPCI à statut particulier réunissant Paris et les 123 communes de petite couronne francilienne. Dans le même temps, les intercommunalités existantes sur ce périmètre sont transformées en "conseils de territoire". Les sénateurs ont également précisé les missions de la future métropole francilienne. Celle-ci sera en charge de l'aménagement, de la politique locale de l'habitat, ainsi que de la protection, de la mise en valeur de l'environnement et du cadre de vie. La future métropole serait organisée en territoires regroupant au moins 250.000 habitants. Le périmètre de ces territoires devrait prendre en compte le périmètre des intercommunalités existant à la date de la création de la métropole ainsi que les contrats de développement territorial conclus à cette même date. Ces territoires se verraient déléguer la compétence de la politique de la ville. La métropole pourrait leur déléguer par la suite de nouvelles compétences. Les compétences de proximité, actuellement exercées par les intercommunalités, reviendraient aux communes après la dissolution des intercommunalités. Les communes pourraient alors choisir de continuer d’exercer en commun ces dernières compétences au sein de structures de type syndical.
Les sénateurs n'ont pas validé la transformation par l'Assemblée du pôle rural d'aménagement et de coopération en pôle d'équilibre et de coordination territorial. La commission des lois est revenue au dispositif que la chambre haute a mis en place en première lecture, au motif qu'il est "plus souple en ce qui concerne son organisation". La compétence du pôle en matière d'élaboration, de révision ou de modification du schéma de cohérence territoriale est à nouveau facultative.
Le Sénat examinera le projet de loi en séance publique à partir du 2 octobre prochain.

Thomas Beurey / Projets publics

 


^ Haut ^