Législation générale
Réglementation Paris
Réforme catégorie B
Nouvelles défraîchies
+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
 -  Année 2014
 Décembre 2014
>  Le télétravail dans les collectivités tiendra-t-il la distance ?
>  Primes de fonctions et résultats SA
>  UNSA : DE BONS RESULTATS
>  MERCI !
>  Élections : nette victoire de l’UNSA
 Novembre 2014
>   LA DRH PASSE EN FORCE LA PFR
>  Le 4 décembre je vote UNSA
>  Economies sur les agents publics : les pistes d'un député de gauche qui choquent les syndicats
>  Il n’y aura pas plusieurs 4 décembre 2014 !
>  Elections professionnelles - vote par correspondance
 Octobre 2014
>  L’ORAL 2014 DES EXAMENS PROFESSIONNELS DE SA
>  Paris: Pierre-Yves Bournazel dénonce la «politisation de l'administration»
>  La réforme des retraites 2014 en 10 points
>  Le 4 décembre choisissez les bulletins UNSA
>  Les pigeons du T8
 Septembre 2014
>  Une seule journée de vote ! Le 4 décembre 2014
>  Fonction publique / secteur privé : qui a les meilleures évolutions salariales ?
>  REUNION D’INFORMATION SYNDICALE
>  UNE SEULE JOURNEE DE VOTE : Le 4 décembre 2014
>  Enquete 2014 conditions de travail SA - TS
>  L’UNSA et la rentrée sociale
>  Le niveau de vie des Français a baissé en 2012, la pauvreté aussi... en apparence
>  L'exécutif confirme ses objectifs de baisse des dépenses publiques
>  Divers articles intéressants de nos amis attachés UNSA
 Août 2014
>  La casemate scélérate (inspiré d'une célèbre chanson de Gaston Ouvrard)
 Juillet 2014
>  Sanction disciplinaire d’un agent public : l’enquête d’un détective peut être une preuve recueillie loyalement
>  La loi Sauvadet de 2012 sur les contractuels est-elle un flop ?
>  SUPPRESSION DU CONCOURS D’ATTACHE EN 2015
>  L'ASPP EN CRISE...
>  POUR UNE REVALORISATION DU METIER D’UGD/SGD
>  LA REORGANISATION DES SERVICES ADOPTEE AVEC DIFFICULTE
 Juin 2014
>  Un nouveau geste du gouvernement en faveur des agents les plus faiblement rémunérés
>  Séquence nostalgique : définition du mot "Directeur"
>  Nouveaux maires : toujours plus de cadres territoriaux, presque plus d'ouvriers
>  Les maires franciliens évoquent les "complémentarités" du couple région-métropole
>  Déclaration UNSA de la CAP 16 du 5 juin 2014 des adjoints administratifs
>  CAP des SA du 5 juin 2014
>  Exit la PFR : voici le RIFSEEP !
 Mai 2014
>  LE CTP CENTRAL EXTRAORDINAIRE DU 16 MAI 2014 : PARLEZ M. CHOTARD ! (1)
 Avril 2014
>  Les Suisses se prononceront bientôt sur un smic à 3240 euros
>  Burn-out : les douze signes qui doivent vous alerter
>  Les effectifs de la territoriale augmentent en 2012
>  Métropole du Grand Paris : la mission de préfiguration bientôt créée par décret
>  Nouvelle baisse du pouvoir d'achat des agents territoriaux en 2012
>  REUNION D’INFORMATIONS SYNDICALES
>  Paris : le changement, c’est maintenant !
>  Modernisation de l’administration
>  Un accord salarial soumet certains cadres à une obligation de déconnexion
>  Supplique à Madame la Maire de Paris
 Mars 2014
>  Toujours d'actualité...
>  Carence de l'exécutif...
>  Le logement de fonction et les heures supplémentaires
>  Lutte contre le harcèlement dans la fonction publique
>  Election des nouveaux CT (ex-CTP)
>  Comment bien rater une réorganisation
>  L’UNSA Attachés Paris reçue par l’équipe de NKM
>  La Métropole du Grand Paris pour les nuls
>  Les grandes villes recrutent de plus en plus d'emplois d'avenir
 Février 2014
>  Négociation sur les carrières et rémunérations : les syndicats posent leurs conditions
>  Jean-Marc Ayrault s'engage sur le non-gel de l'avancement des fonctionnaires
>  Gel des avancements, des primes...l'Unsa exige un engagement ferme de renoncement
>  Autonomie de la Médecine Statutaire
>  La direction de la D.I.L.T se moque de VOUS...
>  Cazeneuve rassure les fonctionnaires, qui « ont déjà fait beaucoup d'économies »
>  La Métropole du Grand Paris verra le jour le 1er janvier 2016 !
 Janvier 2014
>  Le Centre mobilité carrière est né
>  Demain, quelle Fonction publique ?
>  Le Conseil d’État et l’accident de trajet
>  Départs en retraite des territoriaux : l'âge de 60 ans est de moins en moins la norme
  Jean-Marc Ayrault pour "la suppression des départements de la première couronne"
>  Accès aux soins des agents des trois Fonctions Publiques : état d’urgence ?
>  Meilleure année 2014 possible !
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
Vrai contact
Restons en contact !

Pour nous joindre, une seule adresse :

unsaparis@orange.fr

Nouvelles

Publié le jeudi 16 janvier 2014

Mardi 14 janvier, François Hollande déclarait que le nombre des régions "peut évoluer" (voir notre article ci-contre). Dès mercredi, les commentaires sur d'éventuelles fusions de régions s'étaient emballés et faisaient notamment les gros titres de la presse régionale.
Ce jeudi 16 janvier, Jean-Marc Ayrault, invité de la matinale de France Inter, était interrogé sur les propos présidentiels en matière de réforme territoriale. Et lançait alors une petite phrase qui allait faire que le sujet du jour ne serait plus les régions mais les départements – et, plus précisément, les départements franciliens. "Je suis favorable à ce que l'on aille vers la suppression des départements de la première couronne (...) On a besoin de métropoles et autour des métropoles, il faut simplifier." De quoi en faire sursauter plus d'un, il est vrai, lorsque l'on songe à quel point la métropole du Grand Paris telle que prévue par le projet de loi Lebranchu a donné lieu à d'épineux débats pour finalement parvenir à un fragile compromis.
Réinterrogé un peu plus tard dans la journée, en marge de sa visite officielle en Autriche, sur ce vœu de suppression des départements de la première couronne (soit les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne), le Premier ministre a enfoncé le clou… sans être vraiment plus explicite.
"Un projet de loi se prépare, le deuxième du quinquennat, sur la décentralisation", a ainsi rappelé Jean-Marc Ayrault, cité par l'AFP. Cette future loi "va porter sur le renforcement du pouvoir des régions en allant très loin dans la décentralisation de certaines compétences", a-t-il poursuivi, indiquant avoir "cité à titre d'exemple" le cas 92, 93 et 94 pour simplifier un "mille-feuille" territorial "pas toujours efficace et surtout qui coûte cher". "Je considère que pour l'avenir, c'est une bonne solution", a redit le chef du gouvernement. Selon lui, un référendum n'est pas la bonne solution sur un "sujet aussi complexe". "Cela ne peut pas être une réponse par oui ou par non. C'est au Parlement de faire un travail de fond et de trouver la bonne solution."

"Inacceptable" ou en tout cas prématuré

Le président de l’Assemblée des départements de France (ADF), Claudy Lebreton, a réagi jeudi en fin de journée, indiquant qu'il "prend acte de la volonté du gouvernement d’ouvrir ce débat conséquent et demande donc - afin d’en évoquer précisément les enjeux – à être reçu dès que cela sera possible par Jean-Marc Ayrault". Car pour lui, "il serait périlleux d’envisager une telle évolution institutionnelle sans en mesurer toutes les conséquences, notamment en matière d’exercice des solidarités sociales et territoriales". Et dans le cas spécifique du Grand Paris, il faut commencer, estime Claudy Lebreton, par "assurer une mise en place effective et efficiente de la nouvelle métropole" avant de songer à passer à une nouvelle étape. Faisant cette fois plutôt allusion aux propos de François Hollande érigeant le cas de la métropole lyonnaise en exemple à suivre, le président de l'ADF rappelle que "tous les départements "ne ressemblent pas, loin de là, au Rhône" et qu'une "mutualisation de services ne peut être conçue dans la précipitation".
Quant aux principaux intéressés… leurs réactions étaient évidemment prévisibles. Notamment celle de Christian Favier, le président PCF du Val-de-Marne, qui a jugé l'idée du Premier ministre "tout simplement inacceptable". Celui qui s'était déjà farouchement opposé à la création de la métropole du Grand Paris entend donc, "comme sénateur et comme président du conseil général du Val-de-Marne, [s]'employer à faire échec à ces projets de suppression", dénonçant le fait de prendre les collectivités pour "des pièces de Lego que l'on peut désassembler et assembler à loisir". Christian Favier proposera que soit adopté lundi, lors d'une séance extraordinaire de l'assemblée départementale initialement consacrée à la réforme de la carte cantonale, un voeu contre le projet du gouvernement.
Le communiqué de Stéphane Troussel, président PS du conseil général de Seine-Saint-Denis, s'est montré moins frondeur : "Depuis des mois, au nom de l'égalité des territoires, j'ai défendu le projet de métropole du Grand Paris : ne brûlons pas les étapes et concentrons-nous d'abord sur la réussite de cette métropole telle qu'elle vient d'être définie par la loi. La question du rapprochement des départements de Paris et de la petite couronne se posera dans un second temps."
Quant au président UMP du conseil général des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian, il a qualifié la proposition de "totale improvisation". "Bien entendu, il faut fusionner un certain nombre de collectivités entre elles ; ce qui est amusant c'est qu'au mois de décembre la commission des lois de l'Assemblée nationale avait voté des mesures pour le faciliter et que le gouvernement les a refusées. On navigue en pleine incohérence", a-t-il déclaré sur BFMTV. Patrick Devedjian a également estimé que le gouvernement a changé de position sur la clause de compétence générale des collectivités, considérant que l'exécutif s'était jusqu'à présent "opposé à la spécialisation des collectivités".

"On ne peut pas y aller à la hache"

Par ailleurs interrogé, toujours sur France Inter, sur l'avenir de son département, Jean-Marc Ayrault s'est dit opposé au rattachement de la Loire-Atlantique à la région Bretagne, estimant que ce n'était "pas la bonne méthode".
"Est-ce que 22 régions, c'est trop ? Peut-on regrouper certaines régions ? On ne va pas prendre des bouts de région pour les mettre avec une autre. Ce sont des questions sérieuses. Mais ce chantier, il faut absolument l'ouvrir", a-t-il enfin ajouté.
Invitée à réagir sur une éventuelle diminution du nombre de régions, Marylise Lebranchu, la ministre en charge de la décentralisation, a semble-t-il tenu à tempérer les débats. Interrogée par RMC et BFMTV sur l'idée d'une "quinzaine" de régions émise la veille par le député socialiste Thierry Mandon, elle a assuré : "Ca, c'est son avis à lui, en tant que parlementaire, parce qu'on a n'a pas pris cette décision-là. J'en ai discuté à la fois hier soir avec le président de la République et le Premier ministre. On ne peut pas y aller à la hache. Si vous y allez à la hache, vous risquez de perdre une efficacité pendant un ou deux ans. Ce qu'on va proposer, c'est d'avoir une sorte de bonus-malus pour les collectivités territoriales en leur disant : si vous fusionnez, on vous encouragera y compris financièrement." Et la ministre de préciser que ceci ne concerne pas que les régions, "c'est aussi les départements sur les aires métropolitaines, les communes entre elles, les intercommunalités entre elles". "On encourage", a insisté Marylise Lebranchu. "Il y aura une loi, elle arrivera vers avril-mai" et comprendra notamment "une augmentation des compétences des régions". Mais "il n'y aura pas un couperet".

Claire Mallet, avec AFP

 


^ Haut ^