Législation générale
Réglementation Paris
Réforme catégorie B
Nouvelles défraîchies
+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
 -  Année 2014
 Décembre 2014
>  Le télétravail dans les collectivités tiendra-t-il la distance ?
>  Primes de fonctions et résultats SA
>  UNSA : DE BONS RESULTATS
>  MERCI !
>  Élections : nette victoire de l’UNSA
 Novembre 2014
>   LA DRH PASSE EN FORCE LA PFR
>  Le 4 décembre je vote UNSA
>  Economies sur les agents publics : les pistes d'un député de gauche qui choquent les syndicats
>  Il n’y aura pas plusieurs 4 décembre 2014 !
>  Elections professionnelles - vote par correspondance
 Octobre 2014
>  L’ORAL 2014 DES EXAMENS PROFESSIONNELS DE SA
>  Paris: Pierre-Yves Bournazel dénonce la «politisation de l'administration»
>  La réforme des retraites 2014 en 10 points
>  Le 4 décembre choisissez les bulletins UNSA
>  Les pigeons du T8
 Septembre 2014
>  Une seule journée de vote ! Le 4 décembre 2014
>  Fonction publique / secteur privé : qui a les meilleures évolutions salariales ?
>  REUNION D’INFORMATION SYNDICALE
>  UNE SEULE JOURNEE DE VOTE : Le 4 décembre 2014
>  Enquete 2014 conditions de travail SA - TS
>  L’UNSA et la rentrée sociale
>  Le niveau de vie des Français a baissé en 2012, la pauvreté aussi... en apparence
>  L'exécutif confirme ses objectifs de baisse des dépenses publiques
>  Divers articles intéressants de nos amis attachés UNSA
 Août 2014
>  La casemate scélérate (inspiré d'une célèbre chanson de Gaston Ouvrard)
 Juillet 2014
>  Sanction disciplinaire d’un agent public : l’enquête d’un détective peut être une preuve recueillie loyalement
>  La loi Sauvadet de 2012 sur les contractuels est-elle un flop ?
>  SUPPRESSION DU CONCOURS D’ATTACHE EN 2015
>  L'ASPP EN CRISE...
>  POUR UNE REVALORISATION DU METIER D’UGD/SGD
>  LA REORGANISATION DES SERVICES ADOPTEE AVEC DIFFICULTE
 Juin 2014
>  Un nouveau geste du gouvernement en faveur des agents les plus faiblement rémunérés
>  Séquence nostalgique : définition du mot "Directeur"
>  Nouveaux maires : toujours plus de cadres territoriaux, presque plus d'ouvriers
  Les maires franciliens évoquent les "complémentarités" du couple région-métropole
>  Déclaration UNSA de la CAP 16 du 5 juin 2014 des adjoints administratifs
>  CAP des SA du 5 juin 2014
>  Exit la PFR : voici le RIFSEEP !
 Mai 2014
>  LE CTP CENTRAL EXTRAORDINAIRE DU 16 MAI 2014 : PARLEZ M. CHOTARD ! (1)
 Avril 2014
>  Les Suisses se prononceront bientôt sur un smic à 3240 euros
>  Burn-out : les douze signes qui doivent vous alerter
>  Les effectifs de la territoriale augmentent en 2012
>  Métropole du Grand Paris : la mission de préfiguration bientôt créée par décret
>  Nouvelle baisse du pouvoir d'achat des agents territoriaux en 2012
>  REUNION D’INFORMATIONS SYNDICALES
>  Paris : le changement, c’est maintenant !
>  Modernisation de l’administration
>  Un accord salarial soumet certains cadres à une obligation de déconnexion
>  Supplique à Madame la Maire de Paris
 Mars 2014
>  Toujours d'actualité...
>  Carence de l'exécutif...
>  Le logement de fonction et les heures supplémentaires
>  Lutte contre le harcèlement dans la fonction publique
>  Election des nouveaux CT (ex-CTP)
>  Comment bien rater une réorganisation
>  L’UNSA Attachés Paris reçue par l’équipe de NKM
>  La Métropole du Grand Paris pour les nuls
>  Les grandes villes recrutent de plus en plus d'emplois d'avenir
 Février 2014
>  Négociation sur les carrières et rémunérations : les syndicats posent leurs conditions
>  Jean-Marc Ayrault s'engage sur le non-gel de l'avancement des fonctionnaires
>  Gel des avancements, des primes...l'Unsa exige un engagement ferme de renoncement
>  Autonomie de la Médecine Statutaire
>  La direction de la D.I.L.T se moque de VOUS...
>  Cazeneuve rassure les fonctionnaires, qui « ont déjà fait beaucoup d'économies »
>  La Métropole du Grand Paris verra le jour le 1er janvier 2016 !
 Janvier 2014
>  Le Centre mobilité carrière est né
>  Demain, quelle Fonction publique ?
>  Le Conseil d’État et l’accident de trajet
>  Départs en retraite des territoriaux : l'âge de 60 ans est de moins en moins la norme
>  Jean-Marc Ayrault pour "la suppression des départements de la première couronne"
>  Accès aux soins des agents des trois Fonctions Publiques : état d’urgence ?
>  Meilleure année 2014 possible !
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
Le Webmester et vous
Restons en contact !

Pour nous joindre, une seule adresse :
unsaparis@orange.fr

Vos permanents :


Mr Dominique M'GUELLATI :
dominique.mguellati@paris.fr
           01 43 47 84 43
Mlle Alexandra BRANDINI-BREMONT :
alexandra.brandini-bremont@paris.fr
           01 42 76 70 86

PP.jpg

Nouvelles

Metropole.jpgLocaltis.info - Publié le jeudi 5 juin 2014

La métropole du Grand Paris concurrencera-t-elle la région ? Dans le cadre d'un atelier des Assises de l'Association des maires d'Ile-de-France (Amif) organisé le 4 juin à Vincennes, les élus ont répondu sans hésiter par la négative.

Avec 6,7 millions d’habitants - soit plus de la moitié des personnes résidant en Ile-de-France - et des compétences très larges dans les domaines de l’aménagement, de l’urbanisme et du cadre de vie, du logement, de la politique de la ville, du développement économique, de l’environnement, ou encore en matière de gestion des milieux aquatiques… la métropole du Grand Paris aura à partir du 1er janvier 2016 une puissance considérable. Dès lors, on peut se demander si elle ne marchera pas sur les plates-bandes de la région. Jean-Marc Nicolle, délégué spécial du président Jean-Paul Huchon sur le Grand Paris, ne nie pas l’existence de ce risque. Ce qui ne l’empêche pas de souhaiter la réussite du Grand Paris. "La métropole peut être un puissant accélérateur des politiques régionales", souligne-t-il. Claude Capillon, maire de Rosny-sous-Bois, partage cet optimisme. "Il ne devrait pas y avoir de concurrence" entre les deux institutions "si l’on clarifie le rôle de chacune" et si la métropole est "un outil opérationnel", dit-il.
Les partenaires doivent passer "un contrat stratégique" portant en particulier sur leurs compétences partagées, préconise Pierre Mansat, conseiller spécial d’Anne Hidalgo sur la métropole. Selon lui, il est inenvisageable que la région se désengage de la politique du logement, à laquelle elle consacre cette année 175 millions d’euros. Il faut "un couple région-métropole", en déduit une représentante du Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) d'Ile-de-France. Une nouvelle gouvernance est à trouver : elle nécessite de bien articuler les compétences de la région avec celles de la métropole, ajoute-t-elle.

Fin des départements : "ne pas se précipiter"

Le nouveau couple en train de se former devra quand même encore cohabiter quelque temps avec les départements, si la suppression des conseils généraux est confirmée. Les transferts de compétences et de personnels ne devront pas être menés dans la précipitation, se sont accordés les intervenants. Le chantier nécessitera probablement de traiter au cas par cas chacun des départements concernés, du fait de la spécificité des politiques qui y sont menées, a fait valoir Pierre Mansat. Celui-ci laissant entendre qu'il serait peut-être plus logique de transférer à la ville de Paris, plutôt qu'à la région, les collèges aujourd'hui gérés par le département de Paris.
Avec la réforme territoriale qui renforce ses compétences, il faudra compter sur la région, a souligné Jean-Marc Nicolle. Et cela partout en Ile-de-France... y compris, donc, sur le sol de la métropole. En clair : la région ne se repliera pas sur la Grande Couronne et les franges de l’Ile-de-France. Ce n’est d’ailleurs pas franchement le scénario que les élus de ces territoires s’attendent à voir se réaliser. Ils redoutent, au contraire, que la métropole "draîne l’ensemble des ressources financières de la région", comme l’a expliqué Eric Roulot, maire de Limay, dans les Yvelines. Par ailleurs, les projets de transports en commun du Grand Paris express n’aboutiront dans leurs communes qu’en "2030", a déploré Véronique Coté-Millard, maire des Clayes-sous-Bois (Yvelines). A ces motifs de mécontentement s’ajoute l’obligation faite par la loi à une partie des intercommunalités de Grande Couronne de revoir leurs périmètres pour réunir au moins 200.000 habitants. Quelque 60 communautés sont ainsi sur la sellette. Attention à "ne pas créer des usines à gaz", a alerté Bernard Rigault, président de la communauté de communes Plaines et Monts de France, (110.000 habitants). Quel que soit le visage des réorganisations en Grande Couronne, la région en tiendra naturellement compte dans sa politique de contractualisation, a indiqué Jean-Marc Nicolle.

"Les citoyens sont les grands oubliés"

Etonnamment, la question de l'avenir de la vingtaine de "territoires" qui composeront la métropole n'a pas ressurgi lors de cet atelier organisé par l'Amif. On sait pourtant que les élus, qui réclament plus de libertés pour ces espaces, ont engagé un bras de fer avec le gouvernement. Ils ont menacé de boycotter les travaux de la mission de préfiguration du Grand Paris. Ce ne sont pas de vains mots : avec la sortie, le 21 mai, du décret concernant le fonctionnement de la mission, puis, le 4 juin, avec celle du décret procédant à la nomination de son directeur – le préfet François Lucas –, celle-ci n'attend plus que leur participation pour démarrer ses travaux. Le gouvernement a choisi au final de lâcher du lest. Le 27 mai dernier, la ministre en charge de la Décentralisation a donné son accord pour remettre l'ouvrage sur le métier, à une condition : que ces territoires ne lèvent pas l'impôt.
"Et le citoyen dans tout cela ?", se demandent les élus. Ceux-ci doutent qu'il comprenne grand-chose aux réformes en cours, auxquelles ils sont peu associés. "Les élus sont au courant, mais les citoyens, eux, ce sont les grands oubliés", résume Claude Capillon. "Il faudra un énorme travail de pédagogie", en déduit Pierre Mansat. Au risque sinon de voir ressurgir le spectacle des dernières élections européennes, où l'abstention et le Front national avaient atteint des records, conclut-il.
 
Thomas Beurey / Projets publics

^ Haut ^