Législation générale
Réglementation Paris
Réforme catégorie B
Nouvelles défraîchies
+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
 -  Année 2014
 Décembre 2014
>  Le télétravail dans les collectivités tiendra-t-il la distance ?
>  Primes de fonctions et résultats SA
>  UNSA : DE BONS RESULTATS
>  MERCI !
>  Élections : nette victoire de l’UNSA
 Novembre 2014
>   LA DRH PASSE EN FORCE LA PFR
>  Le 4 décembre je vote UNSA
>  Economies sur les agents publics : les pistes d'un député de gauche qui choquent les syndicats
>  Il n’y aura pas plusieurs 4 décembre 2014 !
>  Elections professionnelles - vote par correspondance
 Octobre 2014
>  L’ORAL 2014 DES EXAMENS PROFESSIONNELS DE SA
>  Paris: Pierre-Yves Bournazel dénonce la «politisation de l'administration»
>  La réforme des retraites 2014 en 10 points
>  Le 4 décembre choisissez les bulletins UNSA
>  Les pigeons du T8
 Septembre 2014
>  Une seule journée de vote ! Le 4 décembre 2014
>  Fonction publique / secteur privé : qui a les meilleures évolutions salariales ?
>  REUNION D’INFORMATION SYNDICALE
>  UNE SEULE JOURNEE DE VOTE : Le 4 décembre 2014
>  Enquete 2014 conditions de travail SA - TS
>  L’UNSA et la rentrée sociale
>  Le niveau de vie des Français a baissé en 2012, la pauvreté aussi... en apparence
>  L'exécutif confirme ses objectifs de baisse des dépenses publiques
>  Divers articles intéressants de nos amis attachés UNSA
 Août 2014
>  La casemate scélérate (inspiré d'une célèbre chanson de Gaston Ouvrard)
 Juillet 2014
>  Sanction disciplinaire d’un agent public : l’enquête d’un détective peut être une preuve recueillie loyalement
>  La loi Sauvadet de 2012 sur les contractuels est-elle un flop ?
>  SUPPRESSION DU CONCOURS D’ATTACHE EN 2015
  L'ASPP EN CRISE...
>  POUR UNE REVALORISATION DU METIER D’UGD/SGD
>  LA REORGANISATION DES SERVICES ADOPTEE AVEC DIFFICULTE
 Juin 2014
>  Un nouveau geste du gouvernement en faveur des agents les plus faiblement rémunérés
>  Séquence nostalgique : définition du mot "Directeur"
>  Nouveaux maires : toujours plus de cadres territoriaux, presque plus d'ouvriers
>  Les maires franciliens évoquent les "complémentarités" du couple région-métropole
>  Déclaration UNSA de la CAP 16 du 5 juin 2014 des adjoints administratifs
>  CAP des SA du 5 juin 2014
>  Exit la PFR : voici le RIFSEEP !
 Mai 2014
>  LE CTP CENTRAL EXTRAORDINAIRE DU 16 MAI 2014 : PARLEZ M. CHOTARD ! (1)
 Avril 2014
>  Les Suisses se prononceront bientôt sur un smic à 3240 euros
>  Burn-out : les douze signes qui doivent vous alerter
>  Les effectifs de la territoriale augmentent en 2012
>  Métropole du Grand Paris : la mission de préfiguration bientôt créée par décret
>  Nouvelle baisse du pouvoir d'achat des agents territoriaux en 2012
>  REUNION D’INFORMATIONS SYNDICALES
>  Paris : le changement, c’est maintenant !
>  Modernisation de l’administration
>  Un accord salarial soumet certains cadres à une obligation de déconnexion
>  Supplique à Madame la Maire de Paris
 Mars 2014
>  Toujours d'actualité...
>  Carence de l'exécutif...
>  Le logement de fonction et les heures supplémentaires
>  Lutte contre le harcèlement dans la fonction publique
>  Election des nouveaux CT (ex-CTP)
>  Comment bien rater une réorganisation
>  L’UNSA Attachés Paris reçue par l’équipe de NKM
>  La Métropole du Grand Paris pour les nuls
>  Les grandes villes recrutent de plus en plus d'emplois d'avenir
 Février 2014
>  Négociation sur les carrières et rémunérations : les syndicats posent leurs conditions
>  Jean-Marc Ayrault s'engage sur le non-gel de l'avancement des fonctionnaires
>  Gel des avancements, des primes...l'Unsa exige un engagement ferme de renoncement
>  Autonomie de la Médecine Statutaire
>  La direction de la D.I.L.T se moque de VOUS...
>  Cazeneuve rassure les fonctionnaires, qui « ont déjà fait beaucoup d'économies »
>  La Métropole du Grand Paris verra le jour le 1er janvier 2016 !
 Janvier 2014
>  Le Centre mobilité carrière est né
>  Demain, quelle Fonction publique ?
>  Le Conseil d’État et l’accident de trajet
>  Départs en retraite des territoriaux : l'âge de 60 ans est de moins en moins la norme
>  Jean-Marc Ayrault pour "la suppression des départements de la première couronne"
>  Accès aux soins des agents des trois Fonctions Publiques : état d’urgence ?
>  Meilleure année 2014 possible !
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
Le Webmester et vous
Restons en contact !

Pour nous joindre, une seule adresse :
unsaparis@orange.fr

Vos permanents :


Mr Dominique M'GUELLATI :
dominique.mguellati@paris.fr
           01 43 47 84 43
Mlle Alexandra BRANDINI-BREMONT :
alexandra.brandini-bremont@paris.fr
           01 42 76 70 86

PP.jpg

Nouvelles

L'ASPP EN CRISE... - par unsaparis le 10/07/2014 @ 12:59

ASPP.jpgAvec un solde débiteur à la fin du mois de mai de 407.000 € sur son compte bancaire, une fréquentation toujours réduite de ses restaurants (moins d’un tiers des personnels de la Ville les fréquentent), la suppression des formules à prix réduits et du service du soir du Centre Morland, l’Association d’Action Sociale en faveur des Personnels de la Ville de Paris et du Département de Paris, chargée de la restauration des agents de la Mairie, connaît actuellement une situation difficile. L’évolution des façons de déjeuner font (entre autres) que l’ASPP s’interroge sur son futur.
L’ASPP a été créée le 2 novembre 1981, suite à la dissolution judiciaire du Comité de gestion des œuvres sociales de la Préfecture de Paris et de l’Assistance publique de Paris (CGOSPPAP), organisme unique qui regroupait œuvres sociales et restauration. L’Association d’Action Sociale en faveur des Personnels de la Ville de Paris et du Département de Paris,  chargée depuis plus de trente ans uniquement de la restauration des personnels de la Ville, est aujourd’hui en crise. Les formules à prix réduits ont pris fin, 11 restaurants sur les 17 que gère l’ASPP risquent d’être fermés dans la mesure où ils se situeraient au-dessous de la barre des 150 repas par jour (fixée par l’association pour la poursuite de leur activité), et, malgré les montants très importants des travaux entrepris dans certains restaurants afin d’améliorer le cadre où se déroule le moment du déjeuner (12 millions pour l’Hôtel de Ville, 1,5 million pour le Square Lesage) , la fréquentation des établissements de la Ville ne parvient pas à décoller (moins d’un tiers des personnels y prennent leur repas).
Selon nos informations, le service des repas du soir qui se tenait entre 19h et 21h 30 au Centre Morland est d’autre part supprimé (le dernier service s’est tenu le 4 juillet)  bien que le site Internet de  l’ASPP  annonce encore ce 8 juillet sa réouverture pour la rentrée de septembre.
Les reproches adressés aux self-services de la Ville peuvent être résumés de manière lapidaire :
1) c’est pas bon ;
2) c’est trop cher ;
3) il y a trop de queue au moment de l’heure de pointe (entre 12h 15 et 13h 15).
Un certain nombre de jeunes cadres A insistent sur le point 2) de cette liste, un surcoût forfaitaire non négligeable de 1,03 € pour les  indices bruts  compris entre 501 et 649 et de 1,55 € pour les indices bruts situés à 650 et au-dessus étant en effet appliqué pour chaque repas.
L’UNSA a quant à elle adressé un  courrier  le 27 juin à Anne Hidalgo pour protester contre la suppression des formules à prix fixes (2,40 € ou 2,90 €) qui satisfaisaient une grande partie des personnels.
Quelques chiffres résument les problèmes qui touchent actuellement l’ASPP :
> Fin mai, le compte bancaire de l’association est débiteur de 407 000 €. Si rien n’est fait, l’ASPP risque ainsi d’être en cessation de paiement courant novembre 2014 avec un solde débiteur de l’ordre de 800 000 €.
> Sur les 17 restaurants gérés par l’association, 6 représentent 80 % du chiffre d’affaires de l’ASPP (dans l’ordre décroissant d’importance : l’Hôtel de Ville, Morland, Poissonniers, avenue de France, Square Lesage et Audubon).
> Environ 8 000 repas sont servis chaque jour dans les établissements de l’ASPP auxquels il convient d’ajouter 2 000 repas servis dans les restaurants ayant une convention avec la Ville (RATP, Préfecture de Police, Ministère des Finances). 10 000 agents déjeunent ainsi via les services de l’ASPP.
> La subvention versée par la Mairie de Paris pour les œuvres sociales (ASPP + AGOSPAP) représente 0,5 % de la masse salariale de la Ville. Dans le secteur privé, la participation d’une société en faveur de son comité d’entreprise représente 1 % ou plus de sa masse salariale. Les syndicats demandent que la Mairie porte sa subvention globale versée à l’ASPP et à l’AGOSPAP à 0,7 % de la masse salariale.
Dans le domaine financier, on peut noter que la subvention versée par la Ville à l’ASPP se monte à 1 million d’euros par mois, soit 12 millions d’euros par an. Le système des tickets restaurant, s’il était généralisé à l’ensemble des personnels de la Ville et du Département, coûterait infiniment plus cher : de l’ordre de 42 millions d’euros par an. Cette différence très importante s’explique par le fait que la subvention de la Ville actuellement versée à l’association est proportionnelle au nombre d’agents qui se restaurent effectivement dans les établissements de l’ASPP (soit environ 10 000 personnes par jour en comptant les restaurants conventionnés). Les tickets restaurant concerneraient quant à eux l’ensemble des agents de la Ville (soit environ 50 000 personnes) et devraient être pris en charge à hauteur des 50 % incombant à l’employeur.
Une réunion à laquelle participera Annick Olivier, présidente de l’ASPP, Conseillère de Paris élue du 13e arrondissement, Éric Robine, directeur de l’association, et (entre autres) les représentants des personnels (dont ceux de l’UNSA) administrateurs de l’ASPP est programmée pour le 11 septembre prochain afin d’évoquer notamment le futur de la restauration à la Ville. Parmi les pistes abordées, il semble que les questions suivantes pourraient être évoquées :
> ne conserver que les six restaurants les plus fréquentés (voir ci-dessus). Cette hypothèse si elle était retenue entraînerait cependant inéluctablement un engorgement des sites maintenus et, partant, une baisse de leur fréquentation (d’où le syndrome du cercle vicieux) ;
> améliorer la qualité des plats servis, en développant les repas à thème et les produits bio (mais cela entraînerait une augmentation sensible des coûts) ;
> généraliser la formule du Croq’Pouce (qui obtient de bons résultats) et orienter une grande partie de la restauration assurée par l’ASPP vers une formule de type fast-food (qui pose cependant le problème non négligeable de la qualité nutritionnelle).
On le voit : les problèmes auxquels l’ASPP est confrontée ne sont pas faciles à résoudre. Le Syndicat UNSA des administrations parisiennes vous tiendra informés dès la rentrée de leurs suites.

^ Haut ^