Législation générale
Réglementation Paris
Réforme catégorie B
Nouvelles défraîchies
+ Année 2017
+ Année 2016
 -  Année 2015
 Novembre 2015
>  Attentats du 13 novembre 2015
 Octobre 2015
>  Histoire d'eau
 Septembre 2015
>  Réunions d'information syndicale concernant les SA et les TS
>  Suspens pour les nouvelles grilles indiciaires
>  Au delà de la zone
>  Comment l’UNSA voit la rentrée
 Août 2015
>  Carrières et rémunérations : les négociations finies, la balle est dans le camp syndical
 Juillet 2015
  Communiqué UNSA suite à la visite de Mme la maire au T8 – Dions DU et DVD
 Juin 2015
>  Les écologistes parisiens veulent la dématérialisation... pour les autres
>  REUNION D’INFORMATION SYNDICALE
>  Fonctionnaires : pas de dégel du point d'indice à l'ordre du jour, confirme Marylise Lebranchu
>  Réforme territoriale : le CSFPT débat des modalités d'une indemnité de mobilité
 Mai 2015
>  LA POUSSETTE PASSE, L'ASSISTANTE MATERNELLE TRÉPASSE !
>  DÉSHABILLER L'AGOSPAP POUR HABILLER L'ASPP ! LES NOUVELLES COMBINES DE LA VILLE
>  Fonction publique : agissez M. Valls !
>   Du nouveau sur la déontologie des fonctionnaires
>   Un audit à 109 000 € qui inquiète les personnels
>  Recrutement et gestion des agents publics : le gouvernement fera la guerre aux discriminations
 Avril 2015
>  Revalorisation des traitements des agents : le gouvernement abat ses premières cartes
>  1er mai
>  Le droit de grève en danger à la Mairie de Paris !
>   Le COR dresse le portrait des retraités dans les territoires
 Mars 2015
>  CSP comptable : la Mairie ne sait plus quoi inventer pour attirer le personnel !
>  Casse de l'assistance informatique de proximité
 Février 2015
>  RÉUNION D'INFORMATION SYNDICALE
>  SIMPLIFICATION ADMINISTRATIVE = CAPHARNAUM
>  STATUT : QUI VEUT REELLEMENT D’UN LANCEUR D’ALERTE ?
>  L’EXTERNALISATION DES SERVICES
>  LA VILLE DE PARIS DEVIENDRAIT VERTUEUSE EN MATIERE D’ATTRIBUTION DE LOGEMENTS
>  42% des fonctionnaires repoussent leur départ à la retraite
>  Le gouvernement invite les fonctionnaires à lever le pied sur les emails
>  La garantie du pouvoir d'achat reconduite en 2015
 Janvier 2015
>  Certaines lois ne rendent pas service au statut
>  RTi : le dialogue social à la parisienne
>  Nouveau coup de pouce pour les agents les moins bien rémunérés
>  Conversion du compte épargne-temps en Cesu : un coup de pouce aux services à la personne
>  Réunion d'information syndicale SA
>  Réunion d'information syndicale TS
>  Dalle tragique au 121 avenue de France…
>  Nous sommes tous Charlie
>  Charlie Hebdo
>  Rien n'a changé depuis 400 ans
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
Le Webmester et vous
Restons en contact !

Pour nous joindre, une seule adresse :
unsaparis@orange.fr

Vos permanents :


Mr Dominique M'GUELLATI :
dominique.mguellati@paris.fr
           01 43 47 84 43
Mlle Alexandra BRANDINI-BREMONT :
alexandra.brandini-bremont@paris.fr
           01 42 76 70 86

PP.jpg

Nouvelles

nid_ptero_reduit.pngLa mairie de Paris vient de publier, suite à la visite de Mme La Maire au T8 (121 av. de France), siège des directions DU et DVD, un communiqué dithyrambique sur ce nouveau site.
 
D’après la Municipalité, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes, ce site serait doté d’une configuration idyllique, angélique, idéale et merveilleuse, car elle écrit sans sourciller :
 
« Les agents louent un bâtiment baigné de lumière et fonctionnel. Ce regroupement a également permis de créer des synergies entre les services ».
 
De tels propos pourraient paraitre comiques s’ils ne reflétaient pas une dure réalité.
 
Mme la Maire a dû en effet uniquement consulter un aréopage de personnes triées sur le volet et soigneusement sélectionnées  car le discours tenu par la majorité des agents est aux antipodes des fleurs lancées par la Mairie.
 
La communication  de la Mairie de Paris est atteinte du syndrome du « village Potemkine », trompe-l’œil à des fins de propagande, ou de luxueuses façades avaient été érigées à base de carton-pâte, afin de masquer la réalité à Catherine II de Russie, lors de ses passages en Crimée en 1787.
 
Notre grande enquête UNSA que nous avions réalisée  juste avant l’ouverture du site le démontre ainsi que les réunions d’informations syndicales organisées depuis, l’immense majorité du personnel rejette ce bâtiment lugubre, d’aspect carcéral (les madriers sur la façade) et totalement déshumanisé. Les collègues n’ont qu’une hâte : le quitter au plus vite le soir.
 
Quant à la « synergie » vantée par la Mairie de Paris, elle peut faire sourire, alors qu’il règne une ambiance calamiteuse, toutes les portes restent fermées la journée, très peu de communication entre les collègues.
 
Les commentaires des collègues sur le site DRH, suite à cette visite, sont parfaitement révélateurs  du climat funeste qui règne dans ce bâtiment et des laissés pour compte qu’ils représentent, aux yeux de la Mairie :
 
« Ceux qui souffrent au travail, Pourquoi Mme la Maire ne vient-elle pas les rencontrer, voir leur détresse, essuyer leurs larmes quand ils n’en peuvent plus et que tout craque…il serait tout aussi bon de montrer un peu  de considération pour celles et ceux que l’on souhaite cacher !!! »
 
« Un petit passage à chaque étage aurait été fort bienvenue »
 
« Pourquoi n’y a-t-il pas de photos de Mme la Maire lorsqu’elle a découvert ce magnifique plan d’eau et la propreté des vitres. Mais peut-être qu’elle ne les a pas vus ou voulu les voir. Lui a-t-on montré le mal -être des agents dans ces locaux impersonnels et inhumains ».
 
« Morceaux choisis : « Les agents louent un bâtiment baigné de lumière et fonctionnel » : citez-moi des noms !!!...à part quelques hauts fonctionnaires, «  a également permis de créer des synergies entre les services » : il n’a jamais été plus compliqué de se déplacer entre services d’une même ou d’une autre direction, avec l’Hôtel de Ville et les mairies d’arrondissements, sans parler des visiteurs qui se perdent dans les couloirs,… c’est un monstre d’inhospitalité. »
 
 
La com’ de la Mairie de Paris devrait s’inspirer de MALHERBE (1555 – 1628), qui pour mieux connaitre le bas-peuple allait consulter et écouter  les crocheteurs du Pont aux Foins (les porteurs de fardeaux).
Quant à la cantine, la visite s’est faite probablement au pas de charge, la délégation  s’est bien gardée d’y déjeuner, contrairement aux officiers supérieurs de la 1ère guerre mondiale qui au moins goutaient la soupe des « poilus ».
 
Encore une opération « coup de pub’ »,  La Mairie conformément à l’accord cadre SST devrait inscrire à son ordre du jour, des choses plus sérieuses : «  la souffrance au travail » qu’occasionne ce bâtiment mortifère.

^ Haut ^